«Le déplacement forcé des Palestiniens, une grave violation du droit international»

28/12/2023 mis à jour: 22:33
556

Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a prévenu que toute tentative d’Israël  d’expulser et de déplacer définitivement des Palestiniens à l’intérieur et à l’extérieur de Ghaza constituerait «une violation grave du droit international et une atrocité criminelle».

«Le transfert forcé et l’expulsion d’une population importante au-delà des frontières, sans aucune garantie de retour, constitueraient une violation grave du droit international, équivalant à une atrocité criminelle», a déclaré mardi Jan Egeland, secrétaire général du NRC.

Il a estimé que «chaque pays a l’obligation de prévenir les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le génocide – chacun constituant des atrocités criminelles. Nous exhortons tous les Etats à reconnaître et à remplir leur devoir de prévenir ces crimes et toute action d’incitation à en commettre, en utilisant les mesures appropriées et nécessaires».

«En ce moment critique, la communauté internationale doit s’unir, en s’appuyant sur le Conseil de sécurité de l’ONU et en employant des mesures diplomatiques, humanitaires et pacifiques pour protéger tous les civils contre d’éventuelles atrocités criminelles», a-t-il plaidé.

Selon l’organisation humanitaire norvégienne, les destructions massives d’habitations et d’infrastructures civiles par l’occupation sioniste, associées aux bombardements et au siège continus, «ont rendu Ghaza invivable et pourraient pousser la population à des déplacements forcés et prolongés à travers la frontière, avec des perspectives de rapatriement limitées».

Un chiffre stupéfiant de 1,9 million de Palestiniens à Ghaza – plus de 80% de la population – ont été déplacés à l’intérieur du pays. Les bombardements aveugles de l’armée sioniste sur Ghaza ont endommagé plus de 250 000 logements, et 50 000 logements supplémentaires ont été complètement détruits.

Par conséquent, plus d’un million de personnes à Ghaza ne disposent pas d’un foyer sûr et sécurisé où retourner, rapporte la même source. Le NRC souligne enfin que «la paix est la seule solution viable pour les civils.

Un cessez-le-feu durable et des conditions d’armistice sont essentiels pour mettre fin à ces souffrances et permettre aux travailleurs humanitaires d’apporter une aide cruciale à ceux qui en ont besoin». 
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.