99e jour de l’agression sioniste sur la Bande de Ghaza : Exode massif vers Rafah

14/01/2024 mis à jour: 09:48
1804

La situation humanitaire dans la ville de Rafah, dans le sud de la Bande de Ghaza, près de la frontière avec l’Egypte, «a atteint un point de rupture», a prévenu hier l’ONG humanitaire ActionAid International. L’organisation a indiqué que plus d’un million de personnes se rassemblent, en flux constant, dans une zone très peuplée d’une superficie estimée à environ 32 kilomètres carrés.

ActionAid International a, dans un communiqué publié hier, précisé que «des centaines de milliers de personnes dorment en plein air, sans vêtements adéquats ni abris contre le froid et la pluie». «Chaque jour est une épreuve de plus pour des personnes en quête de nourriture et d’eau. Désormais tous les habitants de Ghaza sont confrontés au risque de famine», a fait savoir l’ONG, alors que l’agression de l’armée israélienne contre les civils à Ghaza est entrée dans son 99e jour. 

Sans interruption, l’occupant sioniste continue à larguer ses bombes, pilonner les zones d’habitations à l’artillerie lourde, principalement à Khan Younès et Rafah, où des dizaines de milliers de Palestiniens ont trouvé refuge. Ghaza est considérée par de nombreuses organisations onusiennes comme étant la région la moins sûre au monde depuis notamment le lancement par l’occupant de l’offensive terrestre le 27 octobre 2023 contre l’enclave palestinienne.

 Aussi, dans la nuit de vendredi à hier, d’intenses bombardements nocturnes ont ciblé la zone de Khan Younès, devenue l’épicentre de la résistance palestinienne, et Rafah, faisant au moins 60 morts, selon des sources palestiniennes. 

Outre les raids intensifs sur le nord, le centre et le sud de Ghaza, les communications et services internet ont été complètement coupés «du fait de la partie israélienne», selon l’opérateur palestinien Paltel. Les communications étaient partiellement restaurées hier après-midi, selon plusieurs médias.  Le manque de carburant a aussi entraîné l’arrêt du principal générateur de l’hôpital des Martyrs d’Al Aqsa, à Deir Al Balah, selon une source au ministère palestinien de la Santé. 
 

Pourparlers 

Parallèlement, des négociations se poursuivaient sur le sort des prisonniers et détenus israéliens aux mains des factions armées palestiniennes, et ce, par l’entremise d’intermédiaires qataris. Les personnes retenues vont recevoir des médicaments «dans les prochains jours» en vertu d’un accord négocié par le Qatar, a en effet annoncé vendredi le bureau du Premier ministre israélien. Une source proche du mouvement Hamas a confirmé à l’AFP la tenue de pourparlers, mais pas leur conclusion. 

En Cisjordanie occupée, les incursions de l’armée israélienne se poursuivent sur fond d’affrontements armés violents. Trois Palestiniens ont été tués vendredi par des soldats aux abords d’une colonie israélienne située à une vingtaine de kilomètres d’Al Khalil. Selon l’agence palestinienne Wafa, il s’agit d’un jeune de 19 ans et de deux adolescents. Sept autres Palestiniens ont été blessés hier lors d’une incursion israélienne dans le camp d’Al Faraa, au sud de Tubas, pendant plus de cinq heures. 

Des sources médicales, citées par Wafa, ont rapporté que les soldats de l’occupant ont au cours de cette opération militaire entravé le travail des équipes médicales, indiquant qu’une patrouille militaire a percuté une ambulance et procédé à sa fouille.  Selon un bilan annoncé hier par le ministère palestinien de la Santé, 23 843 personnes ont été tuées depuis le début de l’agression israélienne contre la Bande de Ghaza. Les morts sont en majorité des femmes et des enfants. 

On dénombre aussi plus de 60 317 blessés. Après près de 100 jours de guerre à Ghaza, plus de 10 000 enfants – soit 1% de la population infantile totale de la Bande de Ghaza – ont été assassinés par l’occupant sioniste, selon un nouveau rapport de Save The Children.
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.