Militant du hirak à Constantine : Le Pr Jamal Mimouni innocenté par le tribunal

19/04/2022 mis à jour: 21:31
4264
Photo : D. R.

Le jugement en appel prononcé ce dimanche vient annuler le jugement en première instance de trois mois de prison ferme, alors que le procureur avait requis un an de prison ferme. 

C’est un sentiment de soulagement qui a été exprimé ce dimanche 17 avril par la famille, les proches et les amis du Pr Jamal Mimouni, enseignant universitaire à l’université Frères Mentouri (Constantine 1), président de l’association Sirius d’astronomie et notoirement connu à l’échelle internationale, en apprenant le verdict l’innocentant des charges retenues contre lui, dont «l’incitation à attroupement et le refus des procédures administratives au niveau du commissariat, à savoir la prise de photos et d’empreintes».

Ce verdict a été prononcé le jour même lors du procès en appel tenu au tribunal de Constantine. Contacté par téléphone dimanche en fin d’après-midi, le Pr Mimouni s’est dit soulagé en attendant un probable recours du procureur de la République, avant que ce verdict ne devienne définitif.

«J’étais, samedi 16 avril, à Sidi Abdellah à Alger pour participer aux manifestations scientifiques à l’occasion des célébrations de Youm El Ilm (Journée du savoir) et c’est en rentrant ce dimanche 17 avril à Constantine que mon avocat, Me Omar Alla, m’a informé de la nouvelle de ce verdict prononcé en appel en fin de matinée, trois semaines après le procès en appel et la mise en délibéré», a-t-il déclaré à El Watan.

«Ce jugement vient annuler le jugement précédent de trois mois de prison ferme prononcé à mon encontre le mois dernier, alors que le procureur avait requis un an de prison ferme», a-t-il souligné.

«Ce dernier verdict demande aussi la restitution de l’écharpe de l’Université d’Al Aqsa à Ghaza qui m’avait été confisquée lors de mon arrestation, et annule aussi de fait la lourde amende qui m’avait été infligée. On attend encore le possible recours du procureur de la République avant que ce verdict ne devienne définitif», a-t-il ajouté.

Le Pr Jamal Mimouni ne manquera pas de rappeler les conditions de son arrestation remarquée survenue le 14 mai 2021, alors qu’il se trouvait au centre-ville. Elle sera suivie d’un interrogatoire qu’il a qualifié de musclé, d’une garde à vue de deux jours et puis de presque un an de contrôle judiciaire. «J’ai été interpellé, à l’instar de 200 autres personnes en cette journée marquée par une vraie rafle contre les militants du hirak, mais pourtant toutes les autres personnes ont été relaxées sauf moi», a-t-il regretté.

«C’était la première fois de ma vie que je faisais l’objet d’une arrestation, et c’est la première fois aussi que je me présente devant un tribunal, pourtant je n’ai commis aucun délit, car je n’étais qu’un militant de la base du hirak comme tous les citoyens algériens qui ont participé à ce mouvement, c’est tout. A travers ce verdict qui m’a innocenté, j’ai senti l’immense embarras dans lequel se trouvaient ceux qui se sont acharnés contre ma personne lors du procès et qui voulaient à tout prix me condamner à une peine de prison», a-t-il conclu. 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer