Les ventes de brut en hausse de plus de 50% en 2021

02/01/2022 mis à jour: 00:10
807
Photo : D. R.

Les ventes de brut ont terminé l’année en réalisant le plus gros gain jamais atteint depuis 2016. Le Brent a ainsi terminé l’année 2021 avec un gain en hausse de plus de 50,5%, alors que le WTI a réalisé une performance de gagner plus de 55,5%, un niveau jamais atteint depuis 2009 lorsque les prix avaient grimpé de plus de 70%.

C’est en octobre 2021 que les deux contrats de référence ont 
réalisé leur plus grosse progression avec des prix qui s’affichaient à 86,70 dollars pour le Brent (le prix le plus élevé depuis 2018), et 85,41 dollars le baril pour le WTI (soit le plus élevé depuis 2014).

«Cette année a été historique en termes de reprise mondiale pour les produits pétroliers… Le marché pétrolier continue d’être très réactif aux développements sur le front de la pandémie – nous ne sommes encore sortis d’affaires –, mais nous sommes proches des niveaux de demande mondiale d’avant la pandémie», déclare à Reuters, John Kilduff, analyste associé chez Again Capital Management.

Les analystes s’attendent à la poursuite de la hausse des prix durant l’année qui commence, et ce, au fur et à mesure que la demande sur le carburant se stabilise. «Nous avons eu Delta et Omicron et toutes sortes de blocages et de restrictions de voyages, mais la demande de pétrole est restée relativement ferme», estime pour sa part Craig James, économiste en chef de la société de courtage australienne CommSec.

La conjoncture favorable pour la hausse des prix a poussé des entreprises américaines à augmenter le nombre de plateformes pétrolières et gazières. La hausse des prix a suscité une véritable ruée des foreurs vers les plateformes de forage contrairement à 2020 où la baisse de la demande au plus fort de la pandémie avait provoqué l’effet contraire.

Niveau d’alerte inchangé

Le niveau d’alerte reste tout de même inchangé. Le spectre de la menace d’une propagation rapide du virus continue de hanter les places boursières. Les experts de la santé ont averti les Américains de se tenir prêts pour faire face à de graves «perturbations dans les semaines à venir, car les taux d’infection sont susceptibles de s’aggraver en raison de l’augmentation du nombre de voyages de vacances, de célébrations du Nouvel An, ainsi qu’à la faveur de la réouverture des écoles après les vacances d’hiver».

Cette crainte a joué quelque peu sur les cours lors de la clôture de la semaine, vendredi. Les contrats à terme sur le Brent ont affiché une baisse de 1,75 dollar, soit 2,2% pour se vendre à 77,78 dollars le baril. Le WTI a chuté de 1,78 dollar, soit 2,31% pour afficher un prix de 75,21 dollars le baril. Selon une enquête de Reuters auprès de 35 économistes et analystes, les prix du Brent s’établirait à 73,57 dollars le baril en 2022, soit à 2% de moins que les prévisions de novembre dernier. «Il s’agit de la première baisse des prévisions de prix pour 2022 depuis le sondage du mois d’août dernier», précise l’enquête. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.