L’alerte est lancée par la wilaya d’Alger : Des cas suspects de tuberculose parmi les migrants subsahariens

07/05/2023 mis à jour: 09:56
4980

La wilaya d’Alger a alerté, dans une note adressée à la direction de la santé de la wilaya (DSP), au wali délégué de Baraki et à la direction de la Protection civile, sur la «recrudescence» des cas de tuberculose parmi des migrants subsahariens. 

Largement diffusé sur les réseaux sociaux, le courrier se réfère à un télégramme du ministère de l’Intérieur daté du 24 avril dernier. Dans cette note, il est fait état de l’enregistrement de cas suspects de tuberculose parmi les migrants clandestins occupant un bidonville et des tentes de fortune érigées aux abords d’une décharge située à proximité des communes de Larbâa, Ouled Slama et Sidi Moussa. 

Ces migrants, qui vivent dans des conditions d’hygiène déplorable, se dispersent le matin pour mendier sur la place publique ou travaillent dans des chantiers privés, selon l’alerte de la wilaya d’Alger. Pour y faire face, l’administration de la wilaya a demandé un rapport détaillé sur la situation et la prise en charge de ces malades. 

Ce qui inquiète les autorités est le «refus» des migrants de subir une consultation médicale au niveau des établissements de santé. Les spécialistes restent persuadés que le problème réside dans l’identification des cas parmi la communauté de migrants subsahariens pour pouvoir traiter et limiter la propagation de la maladie. «La tuberculose étant une maladie infectieuse contaminante lorsque les sujets malades ne sont pas identifiés et pris en charge, cela pose problème. 

Des enquêtes épidémiologiques doivent être menées aussi autour des cas avérés. Un dépistage diagnostic doit être réalisé, isoler les malades sous traitement, vacciner la communauté concernée et en assurer un suivi médical régulier», explique un praticien, qui a requis l’anonymat. 

Selon les spécialistes, la tuberculose est une maladie qui sévit en Algérie à l’état endémique et chaque année de nouveaux cas de tuberculose pulmonaire et extra pulmonaire sont enregistrés. 

Cette maladie est provoquée par l’inhalation de la bactérie de la tuberculose, «Mycobacterium tuberculosis», qui se retrouve dans l'air quand une personne présentant la maladie active tousse, éternue ou parle tout simplement. Le ministère de l’Intérieur a adressé une note à tous les walis pour les informer de cas de tuberculose parmi les migrants subsahariens et leur demande de renforcer le dispositif d’alerte et de vigilance et de veiller à ce que toutes les mesures préventives soient prises. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), «la tuberculose a fait 1,6 million de morts en 2021. Dans le monde, la tuberculose représente la treizième cause de décès et la deuxième maladie infectieuse la plus meurtrière après la Covid-19». 

En 2022, l’Algérie, selon le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi, a enregistré 18 420 cas de tuberculose, avec plus de 4600 cas (soit 25,26%) de tuberculose pulmonaire, dont 4485 cas de tuberculose contagieuse. Concernant les cas de tuberculose extra-pulmonaire, le ministre a rappelé que 13 769 cas (74,74%) ont été recensés, ce qui exige une réorientation des priorités pour la combattre à l'avenir. La majorité des cas d’atteintes ont été enregistrés dans les grandes villes du pays.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.