La BM relève la vulnérabilité du système dans  la région du Mena : L’urgence d’une réforme des politiques de protection sociale

24/07/2023 mis à jour: 17:03
2021
Les pays de la région MENA ont toute intérêts à combattre le phénomène du marché informel - Photo : D. R.

Selon la Banque mondiale, la pauvreté et la vulnérabilité tiennent fondamentalement à l’exclusion du marché du travail dans la région MENA. Elle propose une «série de mesures pouvant être prises par les autorités publiques» pour accroître l’efficacité des systèmes de protection sociale et les rendre plus inclusifs.

L’Algérie serait bien inspirée de regarder de plus près ces multiples thématiques qui ont fait l’objet d’une expertise particulière de la part de la Banque mondiale (BM) il y a tout juste un peu plus d’un mois, soit le juin dernier. Intitulé «il est essentiel de poursuivre des politiques de protection sociale pour remédier à l’exclusion du marché du travail au Moyen-Orient et en Afrique di Nord», le récent rapport de la BM met en relief le retard qu’accusent nombre de pays de cette région en matière de protection sociale et de création d’emplois.

Ainsi, selon un communiqué de cette institution qui montre les grands axes de travail auquel elle s’est intéressée, il ressort que «la pauvreté et la vulnérabilité tiennent fondamentalement à l’exclusion du marché du travail dans la région». Elle proposera, dans la foulée, une «série  de mesures pouvant être prises par les autorités publiques» pour accroître l’efficacité des systèmes de protection sociale et les rendre plus inclusifs.

Bien qu’elle ait mentionné que la pandémie de la Covid-19 et les crises ultérieures n’ont pas manqué d’avoir des répercussions «catastrophiques» sur les niveaux de vie, elle a rappelé tout de même que, même avant ces crises, «la plupart des pays de la région MENA peinaient déjà à faire face à la pauvreté et à la vulnérabilité». «Les possibilités d’emploi sont de surcroît limitées dans la région, en particulier pour les femmes et les jeunes, et la plupart des travailleurs poursuivent des activités à faible productivité dans le secteur informel. Bien que la création d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité exige un secteur privé dynamique, compétitif et entreprenant», note le rapport.

Invitant chacun de ces pays dont ils ont décelé les carences sinon la faillite même en matière d’objectifs ratés, cette expertise montre à quel point «les politiques de protection sociale peuvent contribuer de manière fondamentale à réduire l’exclusion du marché du travail en facilitant l’accès à des emplois productifs, en protégeant les travailleurs et en fournissant un filet de protection sociale aux personnes qui sont laissées de côté».

Et ensuite d’affirmer, note le rapport, que «les politiques de protection sociale poursuivies dans des pays de la région MENA sont toutefois loin d’atteindre leur objectif». «Par exemple, la plupart des habitants pauvres ne bénéficient pas d’un soutien au revenu, et la majorité des travailleurs n’ont pas de retraite ou d’assurance chômage. Les politiques existantes ne sont, de surcroît, pas conçues de manière à permettre de faire face aux défis posés par le vieillissement de la population ni aux répercussions des progrès technologiques et du changement climatique». Il s’agit donc d’autant de chantiers urgents.

L’Algérie n’en serait certainement pas épargnée vu la part importante de l’informel dans le système économique et les carences, voire les multiples tares relevées en matière de protection des travailleurs. «Les pays de la région MENA doivent mettre en place des systèmes de protection sociale inclusifs et adaptables pour répondre aux crises auxquelles ils sont confrontés, tout en réduisant l’exclusion du marché du travail, et cela de manière fiscalement responsable, a déclaré Ferid Belhaj, vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

La Banque mondiale s’est engagée à travailler avec les pays de la région qui entreprennent des réformes visant à étendre et à accroître le niveau de protection des personnes en situation de vulnérabilité tout en préservant la viabilité financière». Le rapport recense les réformes auxquelles il convient de procéder en priorité. «Il importe avant tout, note le rapport, de mettre en place un système permettant de faire face aux chocs en apportant un soutien au revenu et en offrant des opportunités aux groupes de population pauvres.

Certains pays de la région ont déjà réalisé de notables progrès en ce domaine. Il faut ensuite élargir la couverture de l’assurance sociale en l’étendant aux travailleurs vulnérables du secteur informel. (…) Dans un contexte de resserrement budgétaire, les pays de la région MENA doivent s’employer à réformer leurs systèmes de subvention généralisée de l’énergie et des produits alimentaires. Il leur faut aussi repenser leur système de pension de manière à fournir un appui aux personnes âgées, mais encore en activité, notamment en éliminant les incitations à prendre une retraite anticipée.»

Copyright 2024 . All Rights Reserved.