Il a présenté hier à l’APN la déclaration de politique générale du gouvernement : Benabderrahmane s’engage à soutenir le pouvoir d’achat des Algériens

11/10/2023 mis à jour: 20:57
1291
Le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane - Photo : H. Lyès

Le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a affirmé que l’avant-projet de loi de finances pour 2024, qui sera examiné en Conseil des ministres dimanche prochain, avant d’être soumis au Parlement, poursuivra les efforts publics en matière de transferts sociaux.

Le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a présenté, hie, à l'Assemblée populaire nationale (APN), la déclaration de politique générale du gouvernement, en présence de l’ensemble de l’Exécutif. Les députés auront cinq jours, avec des séances nocturnes, pour décortiquer le document du gouvernement fort de ses 104 pages. 337 députés se sont inscrits pour participer au débat. La séance plénière de lundi prochain sera consacrée aux réponses du Premier ministre aux préoccupations des députés.

Hier, Aïmene Benabderrahmane s’est étalé, dans son exposé qui a duré près de trois heures, sur les bilans des activités et actions réalisés par les différents secteurs durant la période allant de septembre 2022 au mois d’août 2023. Il a assuré que son gouvernement a concrétisé les engagements pris par le président de la République. Le chef de l’Exécutif a donné beaucoup de chiffres et promis d’en livrer d’autres avec plus de détails dans les prochains jours.

Anticipant, probablement, sur les éventuelles critiques des parlementaires, le Premier ministre a insisté, à plusieurs reprises durant son plaidoyer, sur le rôle de l’Assemblée et la prise en charge par le gouvernement des différentes requêtes émanant des députés. «Nous avons pris en charge 2162 requêtes émanant des membres du Parlement dont 570 ont été adressées au Premier ministre. J’ai répondu à 1638, soit 76%, et les réponses pour les requêtes restantes sont en cours», se défend le Premier ministre, précisant que «le Parlement et le gouvernement se complètent» et ont «un objectif commun».

Dans son discours, le Premier ministre fera remarquer, manière de justifier certaines insuffisances, que la période de la réalisation du bilan en question a été marquée par un contexte économique international dégradé, caractérisé notamment par le resserrement des politiques monétaires des pays industrialisés et la détérioration des situations budgétaires de nombreux pays. Mais en dépit de cela, des efforts, selon le Premier ministre, ont été consentis «pour améliorer le pouvoir d’achat et le confort du citoyen qui reste au cœur de l’action du gouvernement».

Augmentation des dépenses publiques

Le document de l’Exécutif est scindé en cinq chapitres. Le Premier ministre a donné les grandes lignes de chacun de ces axes portant sur : la consolidation de l’Etat de droit et de la rénovation de la gouvernance, consolidation de la relance et du renouveau économique pour aller vers une économie diversifiée, résiliente et performante, consolidation du développement humain et de la politique sociale, pour une politique étrangère dynamique et proactive et, enfin, renforcement de la sécurité et de la défense nationales.

Sur le plan économique, Aïmene Benabderrahmane a indiqué que «malgré le contexte international fragile et incertain, l’Algérie a su faire preuve de résilience, en maintenant une croissance économique appréciable qui s’élèvera à 5,3% en 2023». Abordant la situation financière du pays, le Premier ministre a indiqué que les dépenses publiques ont augmenté de 52% pour atteindre un total de 14,7 milliards de dinars.

Dans son argumentaire, le Premier ministre a expliqué que cette hausse a été induite par les efforts de l’Etat visant à préserver le pouvoir d’achat des Algériens et soutenir les conditions de la relance économique durable ainsi que d’encourager la dynamique de la croissance.

C’est sur instruction du président de la République, qu’il a été décidé, en 2023, rappelle le Premier ministre, d’augmenter les pensions de retraite, l’allocation chômage et de revaloriser les salaires des fonctionnaires. En outre, des décisions urgentes ont été prises pour assurer un approvisionnement diligent et conséquent des produits alimentaires de première nécessité, en maintenant les prix subventionnés, notamment pour l’huile, les pâtes alimentaires, le sucre et autres produits de base.

Dans le sillage, il a affirmé que l’avant-projet de loi de finances pour 2024, qui sera examiné en Conseil des ministres, dimanche prochain, avant d’être soumis au Parlement, poursuivra les efforts publics en matière de transferts sociaux. A propos de la hausse des prix et à l’importation de la viande rouge, le Premier ministre a affirmé que le gouvernement a pris plusieurs mesures afin de limiter la hausse des prix de la viande et ce, dans le cadre de la loi de finances.

Il a ainsi opté pour l’importation de la viande rouge, tout en réduisant les droits de douane de 30 à 5% jusqu’au 31 décembre 2024. Dans ce connexe, il a souligné que le gouvernement s’efforce d’assurer des conditions appropriées au marché de la viande rouge. A cet égard, il a soutenu que l’ouverture de l’importation de viande est une mesure circonstancielle intervenue après une inspection et un recensement précis du bétail à la fin du dernier trimestre de l’année 2022.

Un audit ayant établi que le patrimoine animalier national avait diminué à 21,7 millions de têtes de cheptel, contrairement aux chiffres avancés de 36 millions de têtes dont 17,3 millions moutons et 13 millions de brebis soumises à l’abattage illégal, entraînant l’épuisement du cheptel.

Tandis que le nombre de bovins est de 1,6 million de têtes.En matière de lutte contre la corruption et le recouvrement des avoirs détournés à l’étranger, le Premier ministre a évoqué les 259 commissions rogatoires internationales qui ont été mises en place dont 40 depuis septembre 2022 et 7 demandes d’entraide qui ont été adressées à 31 pays pour l’identification, la saisie et le gel des biens détournés afin de les confisquer.

Dans ce sillage, 62 commissions rogatoires relatives à l’identification et au gel des avoirs ont été partiellement exécutées. A ce titre, le Premier ministre a souligné la poursuite de la mise en œuvre de la réforme de la justice, notamment à travers la mise en place des nouvelles juridictions, la consécration du mode des audiences itinérantes et la finalisation de la refonte des principaux codes.  

Copyright 2024 . All Rights Reserved.