Alors que le Hamas résiste à l’offensive terrestre de l’armée israélienne : Acharnement contre les civils à Ghaza

04/11/2023 mis à jour: 12:59
4072
L’effroyable bilan enregistré dans l’enclave s’élève à plus de 9000 tués

Les incursions terrestres de l’armée israélienne se sont poursuivies hier, vendredi, au nord de la Bande de Ghaza, alors que l’aviation a continué à cibler des objectifs sur d’autres parties du territoire, alourdissant chaque jour davantage le lourd bilan de civils tués.

 Huit enfants ont ainsi perdu la vie dans un raid qui s’est abattu hier matin sur la route du front de mer dans le district d’Oued Ghaza, selon des sources médicales sur place. 

Un bilan conforté plus tard par le ministère de la Santé dans l’enclave et faisant état de 14 morts, dont des femmes et des enfants, parmi un groupe qui voulait se rendre dans le sud. Des images diffusées par les networks arabes, et présentées comme celles des victimes du raid, ont montré les restes de corps déchiquetés sur la route. 

Les autorités d’occupation ont par ailleurs resserré l’étau sur les Palestiniens de Cisjordanie et dans les Territoires occupés, en cette journée de prière hebdomadaire, de crainte de manifestations au sortir des mosquées. Cinq mille fidèles seulement, sur les près de 50 000 qui ont l’habitude de se diriger chaque vendredi à la mosquée Al Aqsa, ont été autorisés à passer, rapporte la chaîne Al Jazzera sur place. 

Plutôt dans la matinée, 9 Palestiniens ont été tués à travers trois villes de Cisjordanie, selon le ministère de la Santé à Ramallah, portant le nombre de victimes de la répression dans ces territoires à 143 depuis le 7 octobre dernier. Le ministère de la Santé à Ghaza a annoncé, quant à lui, l’effroyable bilan de 9227 personnes tuées dans l’enclave depuis le 8 octobre dernier, dont 3826 enfants et 2405 femmes. 

S’agissant des opérations terrestres, entamées depuis une semaine, les porte-parole de l’armée israélienne ont encore reconnu que le coût à payer pour atteindre les objectifs allait être lourd pour Tsahal.

 Le ministre de la Défense à Tel-Aviv, Yoav Gallant, un va-t-en guerre déchaîné qui avait traité les Ghazaouis d’«animaux», a encore affirmé que rien et personne n’arrêtera l’armée israélienne tant qu’elle n’a pas atteint ses objectifs. «Même si nos méthodes ne plaisent pas au monde», a-t-il défié lors d’une conférence de presse jeudi dernier. 
 

 

Farouche résistance des combattants du Hamas 

Il reconnaîtra néanmoins que ses troupes subissent des pertes «douloureuses» et que l’opinion en Israël doit comprendre que c’est là le prix à payer pour la victoire. Jusqu’à hier, Tel-Aviv reconnaissait la mort de 25 soldats dans les accrochages avec les combattants palestiniens, depuis le déclenchement de l’opération. 

Les officiers dressent des bilans opérationnels qui affirment avoir ciblé et mis hors d’état de nuire des positions du Hamas. Ils déclaraient hier que la ville de Ghaza, supposée abriter le QG du Hamas et contenir les caches où sont gardés les otages israéliens, était hermétiquement encerclée. 

Le porte-parole des brigades d’Al Qassam, organisation militaire représentant le bras armé du Hamas, présente, quant à lui, un bilan différent des combats sur le terrain. Abou Oubeida affirme que les combattants sont en train de faire subir des pertes importantes à l’ennemi, et vont lui faire regretter de s’être aventuré dans l’enclave palestinienne. 

Dans sa dernière vidéo postée sur les réseaux sociaux et diffusée par Al Jazeera, il soutient que plus de 22 engins militaires israéliens ont été détruits par les combattants des brigades d’Al Qassam, alors que de nombreux soldats israéliens, sans avancer de nombre précis, ont été tués. Le porte-parole affirme, par ailleurs, qu’un nouvel armement détenu par son organisation a été utilisé pour la première fois dans les combats, et que son potentiel militaire réservait encore de véritables surprises à l’ennemi.

L’armée israélienne tente depuis la nuit du 27 octobre des incursions localisées au sol, à l’intérieur de la Bande de Ghaza. Annoncée au départ comme massive, l’opération terrestre se limite depuis une semaine à un déploiement prudent d’unités de l’infanterie sur des terrains au préalable «déminés» par d’intenses bombardements. Couper la partie nord de l’enclave, la ville de Ghaza notamment, de la partie sud semble être l’objectif tactique tracé par le cabinet de guerre à Tel-Aviv, du moins dans une première étape. 

cette portion du territoire, se trouverait les bases souterraines les plus importantes des combattants du Hamas, ainsi que l’essentiel de son armement. Les analystes suggèrent également que les près de 240 otages que détient le Hamas sont retenus dans la zone. «Eliminer le Hamas en détruisant ses capacités militaires et ses structures diverses, tout en faisant tout ce qui est en notre pouvoir pour ramener nos otages», avait défini, pour rappel, Benyamin Netanyahu, il y a quelques jours. Les sceptiques sont néanmoins de plus en plus nombreux quant à l’efficacité des opérations menées devant des combattants résolus à défendre leurs territoires et évoluant sur un terrain qu’ils maîtrisent parfaitement et qu’ils ont préparé à la confrontation.

C’est dans ce contexte que le secrétaire d’Etat américain s’est rendu à Tel-Aviv, première étape d’une deuxième tournée dans la région, avec pour mission déclarée d’inciter le gouvernement israélien à «faire plus pour les civils palestiniens». La Maison-Blanche constate depuis quelques jours que le soutien des alliés occidentaux, sous la poussée des opinions publiques, commence à s’épuiser et tient à en avertir le gouvernement Netanyahu. 
 

Blinken bredouille 

Le massacre perpétré par les bombardiers de Tsahal, les mardi et mercredi derniers, au camp de réfugiés de Jabalia (près de 200 morts parmi les civils) serait la goutte qui a fait déborder le vase à Washington, selon la presse américaine. «Nous allons parler de mesures concrètes qui peuvent et doivent être prises pour minimiser les dommages causés aux hommes, aux femmes et aux enfants de Ghaza», avait précisé Blinken avant de quitter Washington avant-hier. 

C’est ce qu’a réitéré le diplomate hier à Tel-Aviv, en indiquant avoir défendu l’option de «trêves humanitaires» face au Premier ministre israélien, afin d’augmenter significativement le volume des aides à la population de Ghaza. Mais le gouvernement Netanyahu semble bien décidé à mener à bout son action criminelle et l’a fait savoir : «Israël refuse toute trêve temporaire à Ghaza, sans la libération des otages.» Hier, l’armée israélienne a poursuivi son œuvre de mort en ciblant de nombreux points de l’enclave palestinienne, de même que ses missiles ont touché les bureaux de l’Agence France Presse (AFP), ainsi que l’Institut français dans la ville de Ghaza. 

Un incident qui a suscité la réaction de Paris qui demande des «explications». Les alentours immédiats des hôpitaux, déjà sinistrés et saturés de morts et de blessés, ont par ailleurs continué à être bombardés par l’aviation israélienne. De nouveaux massacres à une importante échelle demeurent une menace quotidienne sur les habitants de l’enclave. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.