30e anniversaire de la mort d’Abdelkader Alloula : Un riche programme prévu à Oran

04/03/2024 mis à jour: 03:29
2076
Ce mois commémoratif auront lieu les 8, 9 et 10 mars

En signe de commémoration et par devoir de mémoire, le théâtre régional d’Oran a décidé de dédier toute sa programmation du mois de mars au grand dramaturge algérien Abdelkader Alloula lâchement assassiné en 1994 par des terroristes intégristes. 
 

Ainsi c’est vendredi dernier que le coup d’envoi a débuté par la présentation de Safar, la nouvelle production du théâtre de Laghouat. 

Notons qu’en tout, ce sont neuf théâtres publics, à savoir celui d’Oran, Alger, Constantine, Annaba, Laghouat, Adrar, Sidi Bel Abbès et Mostaganem qui prendront part à ce mois d’hommage à Alloula, sans compter la participation de 27 associations et coopératives, dont 11 sont Oranaises et le reste venant de Sétif, Boumerdès, El Bayadh, Aïn El Safra et enfin Mostaganem. Il est aussi prévu deux rencontres littéraires, dont l’une est un atelier d’écriture féminin et l’autre, en partenariat avec l’association Fard, prévue ce mercredi avec l’écrivaine et journaliste Meriem Guemache, qui viendra présenter son dernier roman. 

Les temps forts de ce mois commémoratif auront lieu les 8, 9 et 10 mars (une manière de les coïncider avec l’anniversaire de la mort du dramaturge, survenu un certain 10 mars 1994)  et comprendront une journée d’étude sur l’ère et le parcours de Abdelkader Alloula, avec la participation des professeurs et chercheurs, à savoir Mohamed Daoud, Tlilani, Tameur, Aissa Moulsera, Bouziane Benachour et Amine Zaoui, mais encore, deux lectures dramatiques, l’une de Omar Fatmouche le 8 et l’autre de Wassina Laaraj (dont la date n’a pas encore été communiquée). 

Une exposition de photographies de Mustapha Abderrahmane, qui revient sur le jour de l’enterrement de Abdelkader Alloula accompagné jusqu’au cimetière par une grande partie des habitants d’Oran est également prévue, ainsi qu’une autre consacrée à la calligraphie de l’artiste Kour Nourredine. 

Par la suite, après une pause de cinq jours, les activités reprendront de plus belle pendant le mois de ramadhan, et ce, jusqu’au 31 mars, où il y aura notamment plusieurs pièces pour enfants. 

A ce propos, Mourad Senouci, le directeur du TRO, explique que face à la forte demande de troupes théâtrales, certaines pièces ont dû être délocalisées aux théâtres de Sidi Bel Abbès et de Mostaganem. Il y aura également des spectacles de rue, notamment la pièce Othello le jaloux, qui se joueront en nocturne (après le f’tour), dans cinq quartiers populaires d’Oran. Petite originalité cette année : il n’y aura pas de billetterie, l’accès aux différentes pièces sera gratuit, à ceci près que les spectateurs devront être munis de livres à déposer à l’accueil. 

Le but, explique Mourad Senouci, est de récolter le plus de livres possible pour permettre l’ouverture d’une bibliothèque à l’hôpital pour enfants cancéreux de Misserguine, comme ce fut le cas, il y a quelques années de cela à l’hôpital de Canastel, ou encore lorsque le théâtre d’Oran s’est lancé dans une campagne de récolte de livres pour renforcer les rayons de la bibliothèque municipale de Gdyel. 

Notons enfin qu’entre associations, coopératives et théâtres régionaux, ce sont en tout 16 nouvelles productions théâtrales, de la saison 2023-2024, qui seront présentées, en ce mois de mars, sur les planches du TRO. Autant dire que les amateurs de 4e art à Oran vont être choyés.            
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.