Sécurité alimentaire de l'Algérie : Cevital montre la voie

31/05/2023 mis à jour: 03:18
8505
Photo : D. R.

Dans son discours d’ouverture de la cérémonie d’inauguration, le premier responsable du groupe, Malik Rebrab, a attesté que le projet de trituration des graines oléagineuses ne se limite pas seulement à un enjeu économique, car il est question aujourd’hui de garantir la sécurité alimentaire.

Premier dans le pourtour méditerranéen et quatrième du genre au niveau mondial, le complexe de trituration des graines oléagineuses du groupe Cevital, basé à l’arrière-port de Béjaïa, est entré hier en production. Il a été inauguré par son président-directeur général, Malik Rebrab, en présence des autorités civiles et militaires locales, à leur tête le wali de Béjaïa.

Depuis le déblocage du projet avec l’arrivée du président Tebboune, un coup d’accélérateur a été donné aux travaux de construction de ce projet structurant, qui s’inscrit dans la stratégie économique de l’Algérie, basée sur la sécurité alimentaire.

A travers ce projet, le groupe Cevital vise «à développer la production des huiles végétales à base de soja avec capacité de trituration de 11 000 t/j, de colza (5000 t/j) et enfin de l’huile à base de graines de tournesol, dont la capacité de trituration est fixée à 6000 t/j, en sus d’aliments de bétail de haute qualité en Algérie».

Dotée de six chaînes de production, l’usine, qui produira plus de 3000 tonnes par jour, devrait satisfaire les besoins nationaux avec la possibilité d’exportation de l’excédent. La production se fera de façon progressive et atteindra la vitesse de croisière six mois après.

En plus, de la production d’huiles végétales, le complexe de trituration permettra la création de pas moins de 300 postes de travail initialement et 4000 emplois indirects dans les domaines des transports et de l’agriculture en particulier. Avec ce genre de projet structurant, l’agriculture locale devrait être aidée par les pouvoirs publics afin qu’elle puisse progressivement fournir la totalité de la matière première, dont d’importantes quantités sont toujours importées.

Dans son discours d’ouverture de la cérémonie d’inauguration, le premier responsable du groupe, Malik Rebrab, a attesté que le projet de trituration des graines oléagineuses ne se limite pas seulement à un enjeu économique, car il est question aujourd’hui de garantir la sécurité alimentaire.

Il a rappelé qu’«en février 2022, lorsque le conflit russo-ukrainien a éclaté, beaucoup de pays ont été confrontés à une crise, dont l’Algérie. Alors, plus de 30% des céréales (blé et principalement les oléagineuses) ont été absents du marché. Et l’une des retombées de cette situation était le basculement du prix de l’huile, qui est passé en moyenne de 700-800 dollars à près de 2000 dollars la tonne».

L’Algérie, aujourd’hui, ne peut plus dépendre des fluctuations des matières premières sur le marché mondial. Ce projet s’inscrit donc dans cette logique de garantir la sécurité alimentaire dans notre pays.

En plus de la conjoncture internationale instable, marquée par des «tensions géopolitiques, la crise climatique force l’Algérie à prendre son destin en main pour garantir l’autosuffisance alimentaire», relève-t-il.

Sur ce registre, il a encensé les efforts et la vision économique des pouvoirs publics qui, selon lui, sont «en train d’inciter à la mise en place de cette filière à travers l’instauration de  mécanismes, comme le soutien de la production des graines de colza et de tournesol, deux principales graines encouragées à la production, pour ne plus dépendre de l’importation et arriver à les produire localement, sachant que le pays dispose de toutes les ressources pour réussir ce challenge».

Dans ce sens, le PDG de Cevital assure que son groupe «est en ligne avec la stratégie des pouvoirs publics sur la problématique de la sécurité alimentaire et travaille en étroite collaboration avec toutes les parties prenantes de la filière oléagineuse, à savoir le ministère de l’Agriculture, le Conseil interprofessionnel des céréales et les agriculteurs pour relever le défit de l’autosuffisance alimentaire». Malik Rebrab a profité enfin de cette occasion pour remercier publiquement le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, car sans son soutien, dit-il, «on ne serait pas ici à inaugurer cette usine».

Dans la foulée, il a rendu hommage à l’ancien PDG et fondateur du groupe, «dont la vision et l’abnégation sont à l’origine de ce projet» et enfin aux autorités locales, à leur tête le wali.

Par la même occasion, des explications ont été données sur le processus de production qui passe par cinq étapes, de la récolte au conditionnement, en passant par l’extraction de l’huile et le raffinage.

Grâce à ce processus rigoureux et à une recherche constante de l’excellence, «le groupe Cevital continue d’offrir des huiles végétales de première qualité, répondant ainsi aux besoins des consommateurs soucieux de leur santé», assure-t-on. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.