Renforcement des relations algéro-italiennes : Alger et Rome vont au-delà de l’énergie

28/05/2023 mis à jour: 16:52
3654
Le président Abdelmadjid Tebboune et son homologue italien Sergio Mattarella - Photo : D. R.

Si l’Algérie a décidé de fournir plus de gaz à l’Italie, la coopération bilatérale se consolide également dans d’autres domaines. Ainsi, le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, effectuera une visite de travail à partir de demain en Italie à la tête d’une importante délégation.

Les relations algéro-italiennes connaissent une évolution fulgurante qui va au-delà de la coopération énergétique. Après un échange de visites de haut niveau, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, est l’invité d’honneur de la 9e édition du dialogue méditerranéen  qui se tiendra les 2 et 3 novembre prochain à Rome.

C’est ce qu’a annoncé le quotidien italien Agenzia Nova, qui est revenu sur les solides relations bilatérales à travers une interview de l’ambassadeur d’Algérie à Rome, Abdelkrim Touahria. «Nous préparons la Semaine de la culture algérienne en Italie, qui se déroulera dans quatre villes : Milan, Rome, Naples et Florence. Nous travaillons pour que ces journées coïncident avec la visite du président Tebboune», a affirmé M. Touahria dans son interview accordée au média italien, insistant sur les relations exceptionnelles entre l’Algérie et l’Italie.

«Partenaire essentiel»

L’ambassadeur d’Algérie à Rome a affirmé que l’Italie est aujourd’hui devenue «le principal partenaire mondial» de l’Algérie. «Depuis 2021, nous vivons une période de relations exceptionnelles qui surpassent pratiquement toute autre rapport avec le reste du monde», a-t-il relevé. «Nous assistons à une période sans précédent dans les relations entre les deux pays, démontrant la compréhension mutuelle et les liens d’amitié entre nos deux Présidents», a souligné le diplomate algérien qui faisait référence à l’entente entre le président Tebboune et le président italien Sergio Matterella.

Ce dernier, en visite en novembre 2021 à Alger, a relevé le caractère «stratégique» des relations bilatérales. De son côté, le président Abdelmadjid Tebboune a affirmé, lors de sa visite à Rome, «la convergence totale de vues entre les deux pays amis» autour des questions d’intérêt commun.

Comme preuve supplémentaire de la profondeur des relations bilatérales, il y a la multiplication des visites de haut niveau au cours de ces deux dernières années. Ainsi, deux mois à peine après la visite du président Tebboune en Ialie, c’est le Premier-ministre italien, Mario Draghi, qui effectuera un déplacement en Algérie, à la tête d’une importante délégation. Une quinzaine de mémorandums d’entente et accords de coopération bilatéraux ont été signés.

Le départ de Mario Draghi du gouvernement n’a pas affecté la dynamique des relations bilatérales. Son successeur, Giorgia Meloni, a d’ailleurs choisi l’Algérie pour sa première visite en dehors de l’Europe. A son arrivée à Alger le 23 janvier 2023, la Première ministre italienne a assuré qu’elle a voulu par sa visite «montrer l’importance de l'Algérie pour l’Italie comme partenaire essentiel et important sur le plan stratégique».

La présidente du Conseil des ministres italien a également marqué par sa visite «une occasion importante, celle du 20e anniversaire du Traité d’amitié et de bon voisinage entre les deux pays signé à Alger en janvier 2003». L'Italie considère ainsi l’Algérie comme «un partenaire extrêmement important dans le cadre du plan Enrico Mattei en Afrique» qui est basé sur un modèle de coopération équilibré et équitable avec les pays de la rive Sud de la Méditerranée. L’Algérie et l’Italie cherchent constamment à transformer les crises en nouvelles opportunités et en un potentiel nouveau pour renforcer davantage leurs  relations.

Soutien mutuel

«Nous avons soutenu l’Italie lors de la récente crise en Ukraine, démontrant ainsi un partenariat solide et fiable. Et nous sommes reconnaissants envers ce pays pour son soutien, en particulier dans les années 90», a souligné Abdelkrim Touahria, qui a précisé que l’Italie était «l’un des rares pays à nous avoir soutenus durant cette période difficile». 

En effet, face aux répercussions de la crise ukrainienne sur l’Italie, l’Algérie a augmenté ses livraisons vers ce pays «ami» à plus de 25 milliards m3. Aussi, les deux pays comptent réaliser rapidement le nouveau projet de gazoduc qui permettra à l’Algérie d’exporter le gaz, l’électricité, l’ammoniac et l’hydrogène vers l’Italie mais aussi l’Europe.  Si l’Algérie a décidé de fournir plus de gaz à l’Italie, la coopération bilatérale se consolide également dans d’autres domaines.

Ainsi, le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, effectuera une visite de travail à partir de demain en Italie à la tête d’une importante délégation comprenant de hauts responsables et le wali d’Oran pour participer au forum économique sur les perspectives de développement de l’industrie automobile en Algérie, à Turin. Il s’agit donc pour le ministre de l’Industrie d’œuvrer à convaincre les équipementiers italiens de venir s’installer en Algérie dans le sillage de l’ouverture de l’usine Fiat à Oran.

De cette usine, qui devrait entrer en production en décembre 2023, seront produits quatre modèles de ce constructeur dont la célèbre Fiat 500. L’agriculture est un autre domaine de coopération bilatérale. C’est dans ce contexte que le ministre de l’Agriculture italien, Francesco Lollobrigida, participera à Djazagro 2023, qui aura lieu les 4 et 5 juin à Alger. 

Il s’agit du plus grand salon dédié à l’agro-industrie en Afrique du Nord. «Le développement de l’agriculture au Sud algérien suscite un grand intérêt. Avec les machines agricoles italiennes, nous pourrons satisfaire la demande nationale et même exporter nos produits», a estimé M. Touahria. Aussi, le ministre du Développement économique italien, Adolfo Urso, sera à Alger le 19 juin pour assister à l’ouverture de la 54e édition de la Foire internationale d’Alger (FIA) où l’Italie sera l’invité d’honneur. La dernière participation de l’Italie à la FIA en tant que invité d’honneur remonte à 2007.

Du militaire au civil

Dans le cadre du renforcement de la coopération militaire, l’ambassadeur d’Algérie en Italie a annoncé la visite du ministre italien de la Défense, Guido Crosetto, en Algérie qui aura lieu dans les prochains mois. «Nous préparons la prochaine visite officielle du ministre italien de la Défense en Algérie, qui aura lieu dans les prochains mois. Il se rendra en Algérie pour renforcer les liens et évaluer la possibilité d’étendre la coopération militaire au secteur civil», a affirmé M. Touahria au quotidien italien.

Le directeur de l’armement du ministère italien de la Défense était d’ailleurs à Alger le 25 mai. Accompagné d’une délégation militaire et civile de haut niveau, le lieutenant général Luciano Portolano a été reçu par le général-major Mohamed Salah Benbicha, secrétaire général du ministère de la Défense nationale. L’Algérie ambitionne de développer davantage son industrie militaire en partenariat avec l’Italie, notamment en matière navale où un accord bilatéral serait en préparation. Il s’agit aussi d’un partenariat qui profiterait au domaine civil.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.