Les détenus palestiniens victimes de torture

12/03/2024 mis à jour: 11:26
APS
1127
Photo : D. R.

Les Palestiniens de la bande de Ghaza, détenus par l’armée d’occupation sioniste, sont victimes de torture et de meurtre avec préméditation, a indiqué samedi l’Observatoire euro-méditerranéen pour les droits de l’homme (Euro-Med Monitor).

Dans un communiqué publié sur son site, Euro-Med Monitor a souligné la nécessité pour «les autorités judiciaires internationales, en réponse à ces crimes, de lancer une enquête internationale urgente et complète pour demander des comptes aux auteurs, exhumer les corps, identifier les victimes, restituer les restes et rendre justice aux familles des victimes».

L’ONG a également souligné la nécessité de «prendre toutes les mesures nécessaires pour préserver la vie de milliers de personnes qui sont toujours détenues dans les prisons et centres de détention de l’occupant sous la contrainte, en état d’arrestation ou de disparition forcée».

Euro-Med Monitor a exprimé sa consternation face aux rapports continus faisant état «d’assassinats intentionnels de prisonniers et détenus palestiniens, tandis que d’autres ont été torturés à mort» dans des centres de détention et des installations militaires sionistes.

Euro-Med a averti que l’armée sioniste «continue de commettre le crime de disparitions forcées de prisonniers et de détenus de la bande de Ghaza, ne divulguant pas leurs noms et les informations sur leur localisation, et les privant des protections juridiques qui devraient leur être accordées».

Selon Euro-Med Monitor, la tranche d’âge des détenus dans les camps sionistes comprend les enfants, les jeunes et les personnes âgées. «Ils sont soumis à des interrogatoires pendant des jours dans des enceintes clôturées, les yeux bandés et les mains attachées.

Des témoignages indiquent qu’au cours de la nuit, des lumières étaient allumées et brillaient sur eux dans le but de les épuiser continuellement, de les priver de sommeil et de les soumettre à diverses formes de torture et de mauvais traitements. Ils se sont vu totalement refuser l’accès à toute représentation légale ou aux visites du Comité international de la Croix-Rouge», a signalé l’ONG basée à Genève.

Le plus alarmant et le plus dangereux, selon Euro-Med Monitor, est l’insistance de l’armée d’occupation à «déshumaniser systématiquement les Palestiniens de la bande de Ghaza, y compris les prisonniers et les détenus, en niant leurs droits humains, leur douleur ou leur dignité.

Les détenus sont victimes de crimes particulièrement cruels et sadiques, tels que la torture et même les meurtres, après quoi leurs corps sont cachés sans que leurs proches ne soient informés de leur sort et du lieu où ils se trouvent». A cet effet, Euro-Med a appelé la Cour pénale internationale (CPI) à «rompre immédiatement son silence» sur les graves crimes commis par l’entité sioniste dans la bande de Ghaza depuis plus de cinq mois.

L’ONG a appelé également le rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, le rapporteur spécial sur la question de la torture, le groupe de travail sur la détention arbitraire et le groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires à «enquêter immédiatement et de manière approfondie sur tous les crimes graves commis (par l’armée d’occupation) contre les prisonniers et détenus palestiniens».
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.