Le Parti des travailleurs dénonce la disparition du journal Liberté : «C’est une agression qui est porteuse d’une régression»

14/04/2022 mis à jour: 19:56
1368

La question des détenus d’opinion, la nouvelle grille des salaires, la pension des retraités et la disparition du quotidien Liberté étaient, entre autres, les sujets abordés hier par le secrétariat provisoire du Parti des travailleurs (PT).

La date de la fermeture du quotidien Liberté sera, selon ce parti, «inscrite dans notre histoire comme un jour de deuil» car correspondant avec la disparition des étals de ce journal. 

Pour le parti dirigé par Louisa Hanoune, il s’agit là d’«un véritable sinistre  d’une extrême violence qui vient frapper l’espace médiatique algérien, déjà transformé dans sa majorité en caisse de résonance au service des politiques gouvernementales».

Le parti qualifie cette disparition d’«agression insupportable» contre le droit à l’information, à une presse indépendante, libre, objective et progressiste, car, dit-il, elle est porteuse d’une «régression épouvantable au moment où l’écrasante majorité du peuple est meurtrie par la dégradation sans précédent des conditions de vie»

Le PT craint que la disparition de Liberté risque de sonner le glas pour le très peu de journaux indépendants qui restent.

Sur le plan social, le PT relève avec colère l’«accélération de la descente aux enfers des milliers de familles en ce début du mois sacré, marqué par l’augmentation vertigineuse et quasi-générale des prix des produits alimentaires de base, ce qui a engendré la multiplication du nombre des familles en détresse alimentaire (couffins de Ramadhan) et l’explosion de la mendicité de façon inégale depuis l’indépendance».

«Augmentations insignifiantes»

Si le parti enregistre positivement l’annonce des mesures de soutien aux profit des producteurs de céréales et légumineuses et la revalorisation de la marge bénéficiaire du prix du litre de lait pour les usines et les distributeurs, elle considère que la garantie de la sécurité alimentaire du pays et la préservation du pouvoir d’achat des ménages exigent des mesures «audacieuses», qui rompent avec ce qui a prévalu jusqu’à maintenant.

Evoquant la nouvelle grille indiciaire et le régime de rémunération des fonctionnaires, Mme Hanoune s’est dite solidaire avec les syndicats qui «dénoncent à juste raison des augmentations insignifiantes» : «Les augmentations annoncées par le gouvernement s’apparentent à un mépris à l’égard des travailleurs de la Fonction publique, qui ont déjà été choqués une première fois par les incidences infinitésimales sur leur pouvoir d’achat, induites par la réduction de l’IRG.»

Il en est de même, estime le parti, des augmentations des pensions de retraite annoncées en Conseil des ministres, alors que celles de 2021, au demeurant dérisoires, n’ont pas été versées. 

«Ces augmentations ne mettent pas fin au calvaire des retraités, puisque les revalorisations se situeront entre 860 et 1500 DA par mois alors qu’une grande partie vit au bord de la déchéance.»

Par ailleurs, le PT a exprimé sa préoccupation sur le danger de mort auquel est exposé le détenu d’opinion et journaliste Merzouk Touati, en grève de la faim. 

«Nous appelons les plus hautes autorités à éviter à notre pays une autre tragédie en ordonnant la prise en charge médicale immédiate de Merzouk et à mettre fin aux souffrances des détenus et leurs familles en ordonnant la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus politiques et d’opinion», avertit le parti.  

Copyright 2024 . All Rights Reserved.