Le Hamas a capturé des dizaines de militaires israéliens à Ghaza et en Israël : La révolte palestinienne

08/10/2023 mis à jour: 16:41
11763
Photo : D. R.

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, qui a présidé une réunion d’urgence avec un certain nombre de responsables civils et militaires, a appelé à «la protection» du peuple palestinien qui «a le droit de se défendre contre le terrorisme des colons et des forces d’occupation». Le ministère palestinien des Affaires étrangères et des Expatriés, Riyad Al Maliki, dénonce, pour sa part, «l’absence de solution à la question palestinienne après 75 ans de souffrances et de déplacements».

La résistance palestinienne a mené hier, depuis la bande de Ghaza, une offensive de grande ampleur, terrestre, maritime et aérienne, contre les forces d’occupation israéliennes. Des milliers de roquettes, près de 5000, selon le mouvement Hamas, ont été tirées vers Israël, détruisant plusieurs cibles militaires, dont deux hélicoptères et des chars.

Lancée à l’aube, cette offensive inédite, appelée «Déluge d’Al Aqsa», s’est également illustrée par la pénétration de la résistance palestinienne dans des territoires occupés par des colons israéliens. Des éléments des brigades Izz Al Din Al Qassam, bras armé du mouvement Hamas, sont entrés dans les villes entourant Ghaza, où ils se sont emparés de sites militaires. Comme ils ont simultanément lancé des missiles sur Tel-Aviv, Ashkelon et bien d’autres régions.

Bilan provisoire

Selon un bilan provisoire, il y aurait eu quelque 250 morts, des centaines de blessés et un nombre encore inconnu d’Israéliens capturés par la résistance palestinienne. L’armée israélienne a confirmé que des otages avaient été conduits dans la bande de Ghaza.

De leur côté, le mouvement Hamas et le Djihad islamique ont déclaré «avoir assez d’otages israéliens pour libérer tous les détenus palestiniens». Mais aucune des deux parties n’a donné de chiffres par rapport à cette prise d’otages. Certains médias régionaux ont parlé de 52 Israéliens capturés. Le quotidien israélien Yedioth Ahronoth a, quant à lui, fait état de «dizaines de captifs israéliens».

Le chef du Hamas, Ismaël Haniyet, entrevoit «une grande victoire» sur les forces d’occupation. «Nous sommes sur le point de remporter une grande victoire», a-t-il déclaré samedi soir sur la chaîne de télévision de son mouvement, Al Aqsa TV, qui émet de Daho, estimant qu’il était impératif de «mener à terme le cycle des soulèvements et des révolutions dans le combat pour libérer notre terre et nos prisonniers».

Politique d’apartheid

L’offensive palestinienne constitue ainsi riposte à la politique d’apartheid menée par les forces d’occupation aussi bien à Ghaza qu’en Cisjordanie. Cette politique colonialiste s’est fortement accentuée depuis l’arrivée au pouvoir, en décembre 2022, de l’extrême droite israélienne. Aux assassinats, agressions, arrestations et extension des colonies, s’ajoutent les attaques récurrentes contre les Palestiniens sur l’esplanade de la mosquée Al Aqsa, qui est officiellement gérée par le roi de Jordanie, Abdallah II, en vertu d’un accord signé en mars 2003.

En plus d’avoir imposé un blocus aux habitants de Ghaza, les forces d’occupation assassinent quasi quotidiennement des Palestiniens au mépris du droit international et sous le silence complice des grandes puissances. En 2022, pas moins de 230 Palestiniens, dont des enfants, ont été assassinés par les forces d’occupation israéliennes ou par des colons, particulièrement en Cisjordanie. La situation s’est fortement aggravée cette année, avec 161 Palestiniens tués de janvier à mai.

État d’urgence

Aujourd’hui encore, des centaines de Palestiniens ont été tués dans des raids aériens menés par les forces d’occupation israéliennes. Selon l’agence de presse palestinienne Wafa, «198 civils palestiniens sont tombés en martyrs et 1610 autres ont été blessés lors de raids aériens israéliens contre les bâtiments et les maisons dans la bande de Ghaza». «Environ 9 citoyens ont été tués à l’ouest de Ghaza, cinq autres ont été transférés à l’hôpital de Nasser à Khan Younis, deux autres à l’hôpital d’Abu Yusuf Al Najjar à Rafah et deux ont été transférés à l’hôpital indonésien à Beit Lahia, à la suite des affrontements avec les forces de l’occupation sur les frontières à l’est de la bande de Ghaza», a indiqué la même source.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré l’état d’urgence dans tous les hôpitaux palestiniens. La ministre palestinienne de la Santé, Mai Al Kaila, ayant ordonné aux entrepôts et aux banques de sang du ministère de fournir aux hôpitaux les médicaments nécessaires pour soigner les blessés. Aussi, un enfant palestinien, âgé de 13 ans, a succombé, hier soir, à ses blessures, selon l’agence Wafa. Cet enfant a reçu dans l’abdomen plusieurs balles tirées par des soldats israéliens, lors d’affrontements à l’entrée nord de la ville de Qalqilya, en Cisjordanie.

Les forces d’occupation israéliennes ont intensifié leurs bombardements, ciblant des bâtiments, des infrastructures de base et même des champs agricoles. Le président palestinien, Mahmoud Abbas, qui a présidé une réunion d’urgence avec un certain nombre de responsables civils et militaires, a appelé à «la protection» du peuple palestinien qui «a le droit de se défendre contre le terrorisme des colons et des forces d’occupation».

De son côté, le ministère palestinien des Affaires étrangères et des Expatriés, Riyad Al Maliki, a affirmé que «l’absence de solution à la question palestinienne après 75 ans de souffrances et de déplacements, la poursuite de la politique de deux poids deux mesures et le mutisme de la communauté internationale (...) quant aux pratiques racistes des forces de l’occupation sont à l’origine de l’absence de paix et de sécurité dans la région».

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé à «la plus grande retenue», tout en exhortant la communauté internationale à des «efforts diplomatiques pour éviter un élargissement de l’embrasement entre Israël et le Hamas».

Le Brésil, qui assure actuellement la présidence tournante du Conseil de sécurité, a annoncé qu’il convoquerait «une réunion d’urgence de l’organisation» pour examiner la situation en Israël et dans la bande de Ghaza.

La Russie a appelé à la «retenue». «Nous sommes en contact avec tout le monde maintenant. Avec les Israéliens, les Palestiniens et les Arabes», a déclaré Mikhaïl Bogdanov, vice-ministre russe des Affaires étrangères et émissaire du Kremlin pour le Proche-Orient et l’Afrique, cité par l’agence Interfax.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.