La traduction de L’étranger disponible au SILA : Quand Meursault de Camus parle chaoui

31/10/2023 mis à jour: 23:25
1834

L’écrivain français Albert Camus a vu ses textes traduits en plusieurs langues et dialectes du monde. Jean-Yves Guérin, qui en est l’un des meilleurs spécialistes, parle de 75 traductions du texte le plus lu de l’auteur de l’absurde, L’Etranger (1942). «Il existe aujourd’hui 75 traductions de ce roman dans le monde. Il est traduit au Népal, aux îles Féroé, en javanais, en neuf idiomes indiens...», précise à L’Express le professeur émérite de littérature française à l’université de la Sorbonne nouvelle.

 L’auteur natif d’Algérie a été traduit en arabe et en kabyle. Et jolie surprise, le premier roman de Camus vient d’être traduit en chaoui. Celle qui s’est attelée à la tâche est Bouchra Thaziri Douakha, jeune étudiante de l’université de Batna. Imezdi est le titre de cette traduction publiée aux Editions Adlis de Bellezma. Pourquoi le choix de ce texte ? L’admiration pour Camus et sa philosophie est évidente dans le choix du texte. 

«D’abord, j’ai choisi Albert Camus parce qu’il est né en Algérie, donc il est considéré comme Algérien. J’aime Albert Camus, sa philosophie et sa façon d’analyser l’homme et sa vie absurde. Je suis une mordus d’écriture. J’ai toujours pensé à traduire des livres en langue amazighe en utilisant la variante chaouie. J’ai choisi le roman L’Etranger d’Albert Camus parce qu’il raconte l’histoire d’un personnage (Meursault, ndlr) qui est tellement confus dans sa vie qu’il n’y accorde aucune importance», explique à El Watan l’auteure originaire de Guelma. 

Le projet de traduire L’Etranger a une autre explication liée à une volonté d’inscrire la langue des ancêtres dans ce large mouvement de traduction remontant au Moyen-âge. «J’ai choisi le projet de traduction parce que je sais que toutes les nations ont commencé par la traduction. On sait par exemple que les Arabes ont traduit des écrits grecs. Les Européens ont également traduit les textes arabes. Je veux mettre ne serait-ce qu’un petit peu de littérature et de science mondiales dans la bibliothèque amazighe. Parce que cette dernière a besoin de ces auteurs. La langue amazighe en au aussi grandement besoin», affirme-t-elle. 
 

Le projet de traduction a exigé de la jeune étudiante en linguistique «beaucoup de temps entre l’écriture et la révision», relève-t-elle. Bouchra Thaziri Douakha, qui travaille sur des textes d’auteurs majeurs de la littérature universelle, affirme assumer une filiation avec des auteurs du cru. Et le plus connu d’entre eux est Kateb Yacine. «Je suis la petite-fille de Kateb Yacine, auteur qui est originaire de ma région, Guelma, et un des partisans de la langue amazighe», met-elle en avant, annonçant la traduction prochaine des textes de l’auteur de Nedjma en chaoui. 

Thaziri Douakha donne rendez-vous aux lecteurs au Salon international du livre d’Alger (SILA 2023).
 

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.