Escalade de la violence en Cisjordanie

15/11/2023 mis à jour: 06:24
2127
Palestiniens blessés dans l'hôpital de Deir al-Balah ce 14 novembre 2023. © AP Photo/Hatem Moussa

La Cisjordanie est le théâtre d'une intensification des violences depuis le début de la guerre à Ghaza. Les tensions s'exacerbent à mesure que les incursions israéliennes, les attaques de colons, les bouclages et les arrestations se multiplient, laissant la population civile palestinienne en proie à une situation critique. 

Au cours du dernier mois, la situation s'est à  nouveau agravée avec plus de 190 Palestiniens tués en Cisjordanie, victimes de tirs provenant tant des forces d’occupation israéliennes que des colons, selon les chiffres du ministère palestinien de la Santé, repris par l’agence palestinienne Wafa. Hier, huit Palestiniens ont perdu la vie lors d'affrontements avec les forces d'occupation israéliennes, dont sept dans la ville de Tulkarem. 

Selon le ministère palestinien de la Santé, ces décès sont le résultat d'une opération de l'armée israélienne à Tulkarem, au nord de la Cisjordanie, dans laquelle huit jeunes Palestiniens, âgés de 21 à 33 ans, ont été tués. Des témoins dans le camp de réfugiés de Tulkarem ont rapporté, selon l’agence AFP, des affrontements violents et un déploiement massif des forces israéliennes. 

L'armée israélienne, confirmant les faits, a prétendu qu’il s’agissait d’une opération «antiterroriste» dans ce secteur de la Cisjordanie. Elle a dit avoir trouvé des «engins explosifs posés sur les routes», avoir «interrogé et appréhendé des suspects recherchés», et qu'«au cours d'échanges de tirs avec des assaillants armés, un certain nombre d'entre eux ont été tués». 

Il faut dire que ces affrontements se multiplient dans plusieurs parties de la Cisjordanie. Lundi à l’aube, un Palestinien de 20 ans a été tué par l'armée israélienne près d'Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, selon le ministère palestinien de la Santé. Les tensions s'étendent également à Jénine, où un raid israélien a causé en une journée, jeudi dernier, la mort de 14 Palestiniens, marquant le jour le plus meurtrier dans cette ville depuis au moins 2005. 

Selon le même ministère, quatre Palestiniens ont été tués dans d'autres localités : un dans le camp de réfugiés de Balata, près de Naplouse (nord), un dans celui d'Al Amari près de Ramallah, où siège l'Autorité palestinienne, un à Doura et un à Beit Fajjar. L'ONU a, par ailleurs, rapporté une augmentation significative des attaques de colons, soulignant que dans près de la moitié des cas de violence perpétrée par des colons, les forces de sécurité israéliennes les accompagnaient ou les soutenaient activement.

 Aussi, la situation en Cisjordanie occupée est «alarmante et urgente», selon le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme (HCDH), insistant notamment sur les violences de colons sionistes à l'encontre de la population palestinienne. Les forces sionistes «ont de plus en plus recours à des tactiques et à des armes militaires (...)», a dénoncé Mme Throssell, porte-parole pour le HCDH, ajoutant que «la violence des colons, qui atteignait déjà des niveaux records, a également augmenté de façon spectaculaire, avec en moyenne sept attaques par jour et plus d'un tiers de ces attaques ont vu l'usage d'armes à feu». 

Des communautés entières sont contraintes de quitter leurs terres à cause de ces violences, souligne encore la porte-parole, estimant que cela «peut correspondre à un transfert forcé de population, une grave violation» de la Convention de Genève.  

Parallèlement aux attaques israéliennes et aux agressions des colons, les arrestations massives de Palestiniens se poursuivent, avec 51 nouvelles arrestations signalées récemment, portant le total à environ 2570 depuis le début de l'agression à Ghaza. Le Club des prisonniers palestiniens a dénoncé ces arrestations, affirmant qu'elles étaient accompagnées d'actes systématiques d'abus contre les détenus et leurs familles. 

Dans ce contexte tendu, la militante palestinienne de 22 ans Ahed Tamimi, célèbre pour avoir giflé un soldat israélien en 2017, a été arrêtée et accusée d'«incitation au terrorisme». 

Avant la guerre, 2023 était déjà l'une des années les plus meurtrières en Cisjordanie depuis 2005. Actuellement, la situation atteint un niveau explosif, exacerbée par la brutale offensive menée par Israël à Ghaza, jetant un voile d'ombre sur les excès des forces d'occupation sionistes en Cisjordanie. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.