Élection présidentielle en France : Les 7 propositions de France urbaine en matière d’immigration

05/04/2022 mis à jour: 11:06
2439

Les élus des grandes villes, agglomérations et métropoles, réunis au sein de France urbaine, ont présenté vendredi dernier leurs propositions en matière d’immigration. Dans le même temps, une vingtaine d’organisations ont invité, à l’exception de Marine Le Pen et Eric Zemmour, les candidats pour une audition sur ce thème. Seul Yannicke Jadot a répondu à l’invitation en personne. 

Dans son adresse à l’attention des candidats à l’élection présidentielle, France urbaine a émis 7 propositions concrètes, avec l’objectif de co-construire entre l’Etat et les territoires les politiques d’accueil, d’intégration et d’immigration.

Les principales propositions de France urbaine sont : Associer les grandes villes, agglomérations et métropoles à la définition et à l’élaboration des futures politiques d’accueil, d’immigration et d’intégration ; développer les structures de pré-accueil et d’orientation des publics réfugiés pour mieux orienter et accélérer les procédures de traitement des demandes d’asile ; renforcer les moyens dédiés à l’exécution des mesures prises par l’Etat en matière d’obligation de quitter le territoire français (OQTF) et le suivi administratif des réfugiés et demandeurs d’asile ; clarifier les compétences respectives de l’Etat et des collectivités sur la question de l’hébergement d’urgence : la régulation approximative des flux migratoires fait peser de lourdes charges aux budgets des collectivités, rarement remboursées par l’Etat ; favoriser l’accès à l’emploi des réfugiés et demandeurs d’asile avec une offre de formations linguistiques de qualité et structurée à l’échelle des territoires, en réduisant davantage le délai avant que le demandeur d’asile puisse travailler.

La co-construction entre l’Etat et les collectivités sur les sujets d’accueil, d’intégration et d’immigration est «aujourd’hui indispensable, alors que les grandes villes et métropoles sont souvent en première ligne», souligne France urbaine. Et d’en appeler à «l’anticipation, au dialogue, aux échanges réguliers et à la confiance réciproque».

Des candidats pour la suppression du règlement de Dublin

Le journal 20 Minutes rapporte que la députée européenne Sylvie Guillaume (pour Anne Hidalgo) a appelé solennellement à «l’arrêt du concours Lépine de la solution la plus violente, la plus radicale» sur ce sujet. Quant à Yannick Jadot, il souhaite s’il est élu initier une convention internationale sur les réfugiés climatiques, afin de leur octroyer un vrai statut. 

«Il faut d’abord arrêter de nuire au climat, et ensuite aider les personnes qui vont payer en premier le réchauffement climatique», a dit le candidat écologiste, qui entend sortir les questions de l’asile et de l’immigration du ministère de l’Intérieur. «On ne peut pas les aborder du point de vue sécuritaire», a-t-il justifié.

Le «règlement Dublin», qui impose aux migrants demandeurs d’asile de déposer leur dossier dans le pays par lequel ils sont entrés sur le territoire de l’UE (souvent différent de celui dans lequel ils se trouvent), a ainsi été abordé plusieurs fois. Anne Hidalgo soutient sa suppression, tant il allonge les procédures. Jean-Luc Mélenchon l’envisage également, au contraire de Valérie Pécresse, indique le quotidien 20 Minutes.

La candidate LR était représentée par son directeur de campagne Patrick Stefanini, ancien secrétaire général du fameux ministère de l’Immigration, de l’Intégration de l’Identité nationale, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. 

«S’il y a un sujet où il doit y avoir une politique commune en Europe, c’est bien le contrôle aux frontières. Il faut le renforcer», a-t-il lancé, avant de résumer ainsi la volonté de sa cheffe : «Accueillir moins pour intégrer mieux.»

Les communistes, par la voix de Stéphane Peu, ont défendu une régularisation massive des sans-papiers pour en finir avec le statut de «ni-ni». 

«Il y a des personnes qui n’ont pas accès au statut de réfugié ou au droit à l’asile, et qui ne sont pas expulsables. Elles sont plongées dans une clandestinité anxiogène qui crée toute une économie noire», a expliqué le conseiller municipal de Saint-Denis (93).

Copyright 2024 . All Rights Reserved.