Coup d’état au Gabon, Ouragan Idalia et baisse des stocks américains : Les prix du pétrole maintiennent leur hausse

31/08/2023 mis à jour: 16:53
1911
Les pays producteurs considèrent que le pétrole est encore loin de son prix réel - Photo : D. R.

Selon des sources de l’American Petrolum Institute, les stocks de brut du plus grand consommateur de carburant au monde ont baissé durant la semaine qui s’est achevée 
le 25 août, de 11,5 millions de barils, alors qu’un ouragan est annoncé dans le Golfe du Mexique arrivant même à toucher la Floride, à l’est des principaux sites de production de pétrole et de gaz naturel aux Etats-Unis.

Tous les facteurs convergent pour maintenir un prix du baril confortable. Si la combinaison entre la réduction de l’offre de pétrole et l’augmentation de la demande ont pu maintenir un niveau de hausse appréciable, trois nouveaux facteurs, politique, économique et climatique ont occasionné hier une nouvelle augmentation des prix. Il s’agit d’abord de l’annonce du coup d’Etat militaire au Gabon, de la réduction des stocks américains et des craintes liées à l’ouragan Idalia. Les contrats à terme du pétrole Brent pour octobre ont marqué une hausse de 55 cents, soit 0,64% pour s’afficher à 86,04 dollars le baril.

Le contrat de novembre a affiché quant à lui 85,42 dollars en hausse de 51 cents. La référence de New York, à par ailleurs grimpé de 59 cents pour s’afficher à 81,75 dollars. Cette hausse des deux références de pétrole intervient dans la continuité de celle réalisée la veille de plus d’un dollar alors que la monnaie américaine perdait légèrement de sa valeur et que les probabilités d’une nouvelle hausse des taux d’intérêt aux USA s’amenuisaient face aux données sur l’emploi.

Selon des sources de l’American Petrolum Institute, les stocks de brut du plus grand consommateur de carburant au monde, ont baissé durant la semaine qui s’est achevée le 25 août, de 11,5 millions de barils, alors qu’un ouragan est annoncé dans le Golfe du Mexique arrivant même à toucher la Floride, à l’est des principaux sites de production de pétrole et de gaz naturel aux Etats-Unis.

Cette région représente pas moins de 15% de la production US de pétrole et 5% de la production de gaz naturel. L’ouragan Idalia est une tempête de catégorie 3 extrêmement dangereuse. Des millions d’habitants ont été évacués ou se sont retranchés dans des abris pour échapper au pire. Une situation qui a fait douter les investisseurs hier.

La compagnie Chevron a fait évacuer une partie de son personnel de cette région, en maintenant tout de même un niveau de production. Les raffineurs, selon les données relayées par des agences de presse, devraient enregistrer une baisse leur capacité de raffinage au cours de la semaine jusqu’au 1er septembre, à hauteur de 119 000 barils.

La prolongation par l’Arabie Saoudite de sa réduction volontaire de production jusqu’à octobre prochain, contribue également à maintenir le niveau de l’offre au plus bas. Le plus grand exportateur de pétrole au monde, devrait également augmenter, à partir du mois d’octobre, les prix à leur plus haut niveau de l’année, sur toutes les qualités de brut vendues à l’Asie.

Le week-end férié du Labor Day aux Etats Unis, pourrait pousser le niveau de la demande vers une «forte hausse», car il représente une occasion durant laquelle les Américains cumulent quelques jours de vacances. «L’association automobile AAA a estimé que les déplacements cette année dans les airs et sur les routes seraient plus nombreux que l’année dernière». La hausse des prix de l’essence ne découragera pas les Américains, indique la même source.

Parallèlement à ces données économiques, l’annonce de la prise du pouvoir au Gabon par l’armée a ajouté un grain d’incertitude sur le marché car risquant d’affecter les approvisionnements en brut et resserrer davantage les échanges. Selon les données de suivi des navires de Kpler, le Gabon a exporté une moyenne mensuelle de 160 000 barils par jour vers l’Asie du mois de mai à juillet. «Si le Gabon est un producteur mineur de l’Opep, avec une production d’environ 200 000 barils par jour, cela rappelle que le risque géopolitique sur le marché pétrolier existe toujours», estiment des analystes de DNB.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.