Conférence Shangri-La de dialogue sur la défense : Les Etats-Unis estiment «essentiel» le contact avec la Chine

04/06/2023 mis à jour: 22:32
770
Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, à la conférence Shangri-La de dialogue sur la défense

Le secrétaire à la Défense américain, Lloyd Austin, a jugé hier «essentiel» de renouer le dialogue avec la Chine pour éviter des «malentendus» pouvant mener à un conflit entre les deux puissances, selon des propos recueillis par l’AFP.

Lloyd Austin et son homologue chinois, Li Shangfu, se sont brièvement salué pour la première fois lors du dîner d’ouverture de la conférence Shangri-La de dialogue sur la défense à Singapour. «Les Etats-Unis estiment que des lignes de communication ouvertes avec la République populaire de Chine sont essentielles, en particulier entre nos responsables militaires et de la défense», a déclaré Lloyd Austin dans son allocution à la conférence. «Plus nous parlerons, plus nous pourrons éviter les malentendus et les erreurs d’appréciation qui pourraient déboucher sur une crise ou un conflit», a-t-il ajouté.

Et d’observer : «Une poignée de main cordiale au cours d’un dîner ne remplace pas un engagement substantiel.» En outre, il s’est dit «profondément préoccupé par le fait que (la Chine) n’ait pas souhaité s’engager plus sérieusement dans l’amélioration des mécanismes de gestion de crises entre nos deux armées», espérant que Pékin change d’avis.

Comme, il a reproché à la Chine de procéder à «un nombre alarmant d’interceptions risquées d’appareils américains et alliés volant en toute légalité dans l’espace aérien international», allusion à un récent incident survenu en mer de Chine méridionale : un pilote d’avion de combat chinois a effectué la semaine dernière «une manœuvre agressive injustifiée» près d’un appareil de reconnaissance américain qui survolait la mer de Chine méridionale, selon des militaires américains. Du point de vue d’un porte-parole militaire chinois, l’avion américain a «délibérément fait irruption» dans une zone d’entraînement de la Chine «pour effectuer (des opérations) de reconnaissance».

La délégation chinoise n’a pas tardé à réagir au discours de L. Austin. Le colonel supérieur Tang Hefei, porte-parole du ministère chinois de la Défense, a affirmé que le chef du Pentagone a «lancé plusieurs fausses accusations». De son côté, le colonel de l’armée chinoise Zhao Xiaozhuo a exhorté Washington à cesser de dicter à la Chine ce qu’elle devait faire. «Ce que nous faisons au sein de l’armée chinoise est basé sur le maintien des intérêts fondamentaux de la sécurité de la Chine, ce qui est fondamental», a-t-il déclaré à la presse. Il a aussi indiqué que la levée des sanctions américaines est «l’une des conditions préalables à des discussions substantielles» avec L. Austin. 

Frictions

En parallèle, des navires américain, USS Chung-Hoon, et canadien, HMCS Montréal, ont traversé le détroit de Taïwan, ont annoncé la marine américaine et l’armée canadienne. «Le passage du Chung-Moon et du Montréal à travers le détroit de Taïwan démontre l’engagement des Etats-Unis et de ses alliés et partenaires en faveur d’une région indo-pacifique libre et ouverte», a déclaré la 7e flotte américaine. Les Etats-Unis et le Canada sont «des partenaires qui opèrent en faveur de la paix et de la sécurité dans la région», a tweeté de son côté l’armée canadienne. 

Le passage des deux navires américain et canadien dans le détroit de Taïwan intervient alors que Lloyd Austin effectue une tournée en Asie, qui l’a déjà conduit au Japon et qui comprendra également une visite en Inde. Ce voyage s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par Washington pour renforcer ses alliances et partenariats dans la région face aux ambitions de la Chine. 

Les relations entre le pays de l’Oncle Sam et l’Empire du Milieu se sont encore dégradées en début d’année après le survol par un ballon chinois du territoire américain. Et malgré la promesse américaine d’un «dégel», les deux pays sont à couteaux tirés sur les questions de Taïwan, des revendications territoriales chinoises en mer de Chine ou encore celle des micropuces. Selon le Pentagone, Pékin a rejeté une proposition de rencontre formelle à Singapour, affirmant que les Etats-Unis savent «clairement pourquoi il existe actuellement des difficultés de communication militaire entre la Chine et les Etats-Unis», sans donner plus de précisions. 

Li Shangfu, devenu ministre de la Défense en mars, a été sanctionné par le gouvernement américain en 2018 pour avoir acheté des armes russes. Mais le Pentagone affirme que cela n’empêche pas L. Austin de dialoguer officiellement avec lui. Ceci dit, les canaux de communication entre les deux puissances ne semblent pas totalement fermés. Ainsi, le sous-secrétaire d’Etat américain pour l’Asie du Sud-Est, Daniel Kritenbrink, sera en Chine dans les jours qui viennent, a annoncé hier dans communiqué le département d’Etat américain. 

Accompagné d’une haute responsable de la Maison-Blanche en charge de la Chine et de Taïwan, le haut diplomate «discutera de questions clés dans la relation» entre les deux pays. En mai, le directeur de la CIA, William Burns, s’est rendu à Pékin. A la fin du même mois, le ministre chinois du Commerce, Wang Wentao, s’est allé aux États-Unis.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.