Ces automobilistes qui préfèrent le train et le métro

07/03/2022 mis à jour: 14:49
2191
Le plan B des automobilistes pour éviter les embouteillages du centre-ville.

Des automobilistes préfèrent stationner leurs véhicules dans des parkings payants aménagés au niveau de certaines gares de train et à proximité de bouches de métro. Un bon réflexe susceptible d’atténuer la pression sur le centre d’Alger et bien d’autres grands centres urbains. 

Il permet aussi aux conducteurs d’éviter le casse-tête chinois de devoir se trouver un lieu de stationnement, impossible à certaines heures de la journée. A la gare ferroviaire de Tessala El Merdja, le parking ne cesse de gagner en clients, notamment les jours de semaine. 

Des citoyens préfèrent laisser leurs voitures sur place et vaquer à leurs occupations en prenant le train. Ils ne sont pas tous des travailleurs au centre d’Alger, mais le problème de stationnement et des embouteillages s’étend à bien d’autres localités de la capitale, ces derniers temps, d’où le recours des conducteurs à cette «solution pratique». «Le grand problème c’est de rallier la gare ferroviaire, faute de transport collectif en nombre suffisant. C’est pourquoi je gare la voiture au parking de la gare et je prends le train», raconte un citoyen résidant à Douéra, qui dit travailler à El Harrach.

 En fait, la ligne ferroviaire Agha-Zéralda offre beaucoup de solutions et de possibilités aux habitants de nombreuses communes situées sur son trajet. Malgré les quelques désagréments liés principalement au manque de ponctualité ou à des arrêts injustifiés, le train, aux yeux de nombreux résidents, permet de contourner les interminables embouteillages sur les voies menant vers l’ouest de la capitale. 

Même les usagers du métro sont nombreux à laisser leurs voitures loin des centres urbains afin d’éviter d’avoir à faire à des «parkingueurs», qui n’hésitent pas à demander jusqu’à 200 DA pour une place de stationnement. 

Le métro, plus rapide avec un nombre de navettes nettement supérieures au train, est de plus en plus sollicité par les Algérois. «Depuis que la ligne du métro a été rouverte, je laisse ma voiture dans un petit quartier limitrophe», nous dira une jeune dame, travaillant du côté de la place du 1er-Mai. Mais un bon nombre sont des habitués du parking situé à la station de Hay El Badr.

Les autorités de la capitale ont, depuis des années, misé sur le renforcement du transport collectif à partir d’espaces de stationnement à l’entrée de la capitale afin de désengorger le centre. C’était notamment le cas à la gare routière de Caroubier, dotée d’un immense parking longeant le parc des Sablettes. Mais faute de transport des voyageurs disponible et confortable, les automobilistes préfèrent prendre le risque de s’aventurer avec leurs véhicules au centre de la capitale quitte à passer plus d’une heure de temps à chercher où se garer à des tarifs prohibitifs. 

En attendant qu’un plan ficelé et bien étudié soit mis en place pour désengorger Alger et faire baisser la pression sur certains tronçons routiers, notamment aux heures de pointe, les autorités ont tout à gagner en encourageant les automobilistes à laisser leurs voitures dans des aires de stationnement situées à proximité de gares et stations de train, de métro, de tramway, voire du téléphérique. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.