Cas de botulisme diagnostiqués à Constantine : L’Institut Pasteur confirme l’infection

20/08/2023 mis à jour: 08:43
5695
Photo : D. R.

Les analyses de l’Institut Pasteur concernant la suspicion de cas de botulisme à Constantine ont été enfin communiquées à la direction de la santé de la wilaya en fin de semaine écoulée.

Les résultats ont été confirmés positifs pour les malades et pour le thon en conserve consommé. «Les services de l’Institut ont détecté dans le sérum prélevé sur les malades une toxine de Clostridium botulinum.

Ce qui confirme une infection des deux victimes au botulisme. Même le sérum qui a été injecté aux souris de laboratoire contenant la toxine botulique a provoqué leur décès. Les résultats positifs pour les malades ont été communiqués dans la soirée de mercredi 16 août.

De même pour les analyses du produit prélevé, qui ont été révélées jeudi 17 août ; elles ont été déclarées positives et contenaient la même toxine», a déclaré à El Watan Youcef Benaziz, directeur de la santé de wilaya de Constantine. Pour rappel, une femme âgée de 68 ans et son fils âgé de 25 ans ont été évacués au CHU Dr Benbadis le 2 août, après avoir consommé du thon en conserve.

Les victimes ont été diagnostiquées cliniquement atteintes de botulisme le 3 août, développant en 24 heures les symptômes de cette maladie, dont une paralysie à la gorge. Ils ont été mis sous intubation et transférés au service de réanimation. «Nous avons enregistré une certaine évolution positive de l’état de santé de la mère qui répond mieux aux soins, alors que l’état de son fils est stationnaire», a précisé le DSP.

Concernant le produit mis en cause et en l’absence de toute alerte émise par les autorités concernées, notre interlocuteur a précisé que dès que la causalité de l’affection a été déterminée par les premiers résultats, la DSP les a communiqués à la direction du commerce. Cette dernière a réagi le jour même pour saisir du marché entre 3000 jusqu’à 4000 boîtes de la marque du thon en conserve consommé par les victimes.

Dans le but de cerner et maîtriser la situation, la DSP, de concert avec tous les services concernés, établira son bilan la semaine prochaine, afin de saisir les wilayas limitrophes qui ont été desservies par le même produit.

Jusqu’à présent, les services du commerce n’ont pas voulu se prononcer sur la marque du thon. «Sans incriminer la marque ou nos industriels, il faut également prendre en considération la chaîne de conservation du produit jusqu’à son arrivée au citoyen.

Ce dernier parfois conserve aussi mal le produit, il l’ouvre pour consommer une partie du thon et terminer le reste plus tard», a expliqué le directeur de la santé. Par ailleurs, une cellule de crise a été installée depuis le premier jour de l’hospitalisation des deux victimes. Les membres de cette cellule vont se réunir pour tracer une stratégie et tout un programme dans le but d’assurer la sécurité sanitaire du citoyen.

Parmi les mesures prises, une formation de tous les médecins sera enclenchée pour la prise en charge des cas d’intoxication alimentaire. Il s’agit d’une formation complémentaire sur une maladie rare qu’est le botulisme, où le schéma de la prise en charge «est peut être oublié par les praticiens». Une circulaire ministérielle a été également actualisée et adressée à tous les établissements de santé sur le suivi et l’intervention en cas de botulisme.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.