Avec un taux prévisionnel de 5,1% en 2024 : L’Afrique de l’Est enregistre la croissance la plus forte du continent

21/02/2024 mis à jour: 11:42
1527
Photo : D. R.

L’Afrique devrait compter la moitié des 20 économies à la croissance la plus rapide au monde en 2024. Si la vigueur de la reprise à la suite de la pandémie de Covid-19 et sa résilience dans le contexte actuel d’incertitude géopolitique et économique sont généralisées sur le continent, les performances économiques varient d’une région à l’autre.»

Tel est le constat du groupe de la Banque africaine de développement (BAD) dans son dernier rapport, en janvier 2024, sur Performance et perspectives macroéconomiques de l’Afrique. Selon ce rapport, «l’accélération prévue de la croissance de 1,6 point de pourcentage en 2024 reflète la forte performance économique attendue des pays de la région, dont sept économies devraient croître de 5% ou plus en 2024 – Rwanda (7,2%), Ethiopie (6,7%), Djibouti (6,2%), Tanzanie (6,1%), Ouganda (6%), Burundi (5,8%) et Kenya (5,4%)».

La BAD explique que de nombreux facteurs sont à l’origine de ces variations interrégionales. Il s’agit de la dépendance à l’égard des produits de base, l’augmentation des investissements stratégiques dans les secteurs de croissance clés et la hausse de la consommation publique et privée. 
Ainsi, l’Afrique de l’Est devrait enregistrer la croissance la plus forte du continent, avec 5,1% en 2024 et 5,7% en 2025.

«Des dépenses publiques élevées et des investissements stratégiques visant à améliorer la connectivité à l’intérieur des pays et à renforcer le commerce intrarégional, associés à des efforts continus pour moderniser les systèmes de production agricole et stimuler la productivité dans le secteur des services, seront à l’origine de bonnes performances enregistrées dans la plupart des pays», a-t-on relevé.

La croissance devrait s’accélérer en Afrique de l’Ouest, le taux estimé passant de 3,2% en 2023, à 4% en 2024 et 4,4% en 2025. A l’exception du Nigeria et du Ghana, tous les pays de la région devraient connaître une croissance d’au moins 4% en 2024. «Cependant, la performance économique du Nigeria – la plus grande économie du continent et de l’Afrique de l’Ouest – devrait rester maussade, la croissance n’augmentant, selon les estimations, que de 0,4 point de pourcentage en 2024, pour atteindre 2,9%, avant de s’améliorer pour atteindre 3,7% en 2025», selon la BAD.

La faible dynamique de la croissance nigériane, note le rapport, est due aux effets du premier ordre de réformes économiques nationales visant à remédier aux déséquilibres macroéconomiques persistants et aux distorsions structurelles du pays et à jeter les bases d’une croissance plus forte et soutenue à long terme.

«Par exemple, le Nigeria pourrait consacrer plus de 5 milliards de dollars – utilisés pour subventionner le carburant de 2022 à mai 2023 – à des infrastructures sociales essentielles. Au Ghana, la croissance devrait passer d’un taux estimé à 1,5% en 2023 à 2,8% en 2024, avec une croissance modeste reflétant l’assainissement budgétaire en cours et l’inflation élevée qui pèse sur les budgets des ménages», analysent les rédacteurs de ce rapport.

Grâce à la production et à l’exportation d’hydrocarbures, le Niger (dont la croissance devrait passer de 4,3% en 2023 à 11,2% en 2024) et le Sénégal (dont la croissance devrait passer de 4,1% en 2023 à 8,2% en 2024) devraient enregistrer de bonnes performances économiques.

L’augmentation de la production agricole, l’expansion du secteur des services et les réformes visant à renforcer la participation du secteur privé dans les domaines de l’énergie et de l’exploitation minière devraient stimuler la croissance au Bénin (6,4%), en Gambie (6,2%), au Togo (6%), au Mali (4,8%), en Sierra Leone (4,6%) et au Burkina Faso (4,1%).

Pour l’Afrique du Nord, la croissance devrait rester à 3,9% en 2024 et augmenter de 0,2 point de pourcentage pour atteindre 4,1% en 2025. «Malgré la croissance prévue pour tous les pays de la région, les expansions sont modestes ou en retrait par rapport aux estimations de 2023», a-t-on souligné.

La croissance en Afrique centrale, elle, devrait se modérer, passant de 3,8% en 2023 à 3,5% en 2024, avant de remonter à 4,1% en 2025. Malgré une modération de la croissance, qui devrait passer de 6,2% en 2023 à 4,7% en 2024, avant de monter à 5,3% en 2025, la République démocratique du Congo restera le pays le plus performant de la région.

La croissance reste faible en Afrique australe. Le PIB réel devrait croître de 1,6% en 2023, 2,2% en 2024 et augmenter légèrement à 2,6% en 2025. Cette faible performance reflète la stagnation économique continue en Afrique du Sud, la plus grande économie de la région, où la croissance est estimée à 0,8% en 2023 et devrait augmenter légèrement pour atteindre 1,1% en 2024 et 1,6% en 2025. L’Afrique du Sud représente 60% de la production totale de la région. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.