51e anniversaire de la disparition du colonel Mohand Oulhadj : La sagesse et l’engagement d’un révolutionnaire

03/12/2023 mis à jour: 15:54
2821

La mémoire du colonel de l’ALN, Akli Mohand Oulhadj, ancien chef de la Wilaya III historique, a été honorée, hier, dans sa commune natale, Bouzeguene, wilaya de Tizi Ouzou. 

Cet hommage est initié par la fondation Mohand Oulhadj qui a élaborer un programme d’activités afin de revisiter la vie et le parcours de ce combattant révolutionnaire. Des citoyens des différents villages de la daïra de Bouzeguene, des moudjahidine et des membres de l’ONM ainsi que les autorités locales et le directeur des moudjahidine ont pris part à cette commémoration. 

Si Ouali Ait Ahmed, secrétaire de l’ONM dans la wilaya de Tizi Ouzou, a rappelé les qualités et les valeurs du défunt Mohand Oulhadj qui se distinguait, a-t-il témoigné, par sa sagesse et son esprit d’engagement dans la lutte contre le colonialisme français. «Je l’ai connu à travers ses instructions, puisque j’étais dans le PC de section, puis de zone. Mohand Oulhadj a rejoint les rangs de l’ALN en compagnie de ses trois enfants», a-t-il précisé tout en évoquant l’apport financier du défunt et de sa famille pour la Révolution. 

«Il a aussi affronté avec courage et abnégation l’opération Jumelle en ordonnant aux éléments des sections et bataillons de se scinder en petits groupes pour amortir le coup», a-t-il fait revisiter à l’assistance. «Mohand Oulhadj est  surnommé par ses pairs ''Amghar'' pour sa sagesse légendaire et ''vieux renard'' par ses ennemis pour son intelligence. Il  avait succédé au colonel Amirouche Aït Hamouda qui l’avait désigné, le 4 mars 1959, comme  chef de la Wilaya III par intérim, lors d’une rencontre où il avait réuni 63 officiers de la Wilaya III, avant son départ en mission en Tunisie. 

Puis, il a été  nommé officiellement le 1er novembre 1959.» 

Les autres intervenants ont souligné aussi l’importance de ce genre d’activités commémoratives pour l’histoire de notre pays. Rappelons que Mohand Oulhadj est décédé le 2 décembre 1972, à l’âge de 61 ans. Plusieurs édifices publics portent fièrement son nom. On cite, entre autres, le lycée de la ville de Bouzeguene et l’université de Bouira.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.