Transport urbain et suburbain à Oum El Bouaghi : Un secteur «sinistré»

26/07/2023 mis à jour: 19:24
1417
On a recensé 141 lignes inexploitées, dont 52 lignes interwilayas et 42 lignes intercommunales

La situation du secteur des transports dans la wilaya d’Oum El Bouaghi n’est guère reluisante. Le rapport de la commission de l’APW présenté lors de la récente session de cette assemblée a révélé plusieurs défaillances au niveau de nombreuses communes. Le secteur est pratiquement «sinistré» en matière de services et au vu des nombreuses plaintes des citoyens. 

Ceci en dépit d’une légère amélioration par rapport à l’âge des bus mis actuellement en service, dont le nombre est estimé à 828 bus desservant 99 lignes.

Mais la grande particularité du secteur de la wilaya demeure l’absence de gares routières dans la majorité des communes, ce qui a créé une grande anarchie dans les arrêts des bus, dont certains se permettent de prendre les passagers sur n’importe quel endroit de la voie publique y compris sur les trottoirs.

La commission a soulevé que seules les villes d’Ain Beida et d’Oum El Bouaghi disposent de gares routières, même si pour la première la structure demeure indigne d’une agglomération aussi importante.

Dans la ville des Haraktas, il est inutile de décrire l’anarchie totale qui marque un secteur qui demeure gangrené par les mauvaises pratiques et le non-respect des plans de circulation. Les transporteurs avides de gain facile ne se contentent que d’assurer les lignes à fort rendement.

Même les lignes intercommunales ne sont guère assurées. Chose que la commission de wilaya a bien relevé en recensant 141 lignes inexploitées, dont 52 lignes interwilayas et 42 lignes intercommunales.

Ce qui pousse les passagers à recourir aux services des bus venant des autres wilayas. La mise en service récemment des bus de l’entreprise de transport urbain et suburbain ne semble pas suffire pour résoudre ce problème.

La situation est devenue aussi critique, lorsqu’on sait que des villes aussi importantes au vu de leur dimension économique et commerciale demeurent dépourvues de gares routières à l’exemple d’Ain Mlila et Ain Fakroun.

Parallèlement, les habitants des autres communes sont livrés à eux-mêmes, notamment pour ceux des localités avoisinantes du chef-lieu de la wilaya qui éprouvent d’énormes difficultés pour trouver un moyen de transport.

Les autorités de la wilaya sont appelées à programmer des projets pour améliorer cette situation par la réalisation de structures à Meskiana, Sigus, Ouled Kacem, Ouled Hamla et autres.

Ceci sans oublier la situation jugée de catastrophique qui marque le transport dans les zones rurales où les souffrances de la population sont indescriptibles.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.