Toufik Bouldja chante la malchance : Poésie de tristesse

16/04/2023 mis à jour: 12:14
886
L’artiste Toufik Bouldja - Photo : D. R.

Des textes qui traduisent des sentiments de chagrin et de déception.

De jeunes artistes en herbe font continuellement leur apparition dans le monde de la chanson, la musique et la poésie. C’est le cas de Toufik Bouldja qui se lance dans  une carrière artistique.

Issu d’une famille où les conditions sont favorables pour s’engager dans ce domaine, étant fils d’un chanteur, Lounès Bouldja en l’occurrence, cet enfant prodige du village Aït Ichir dans la commune de  Tizi Gheniff, wilaya de Tizi Ouzou, n’a pas attendu des lustres pour se faire remarquer, notamment au niveau local, et ce, grâce à son talent et ses aptitudes avérées en la matière.

Cela s’est ainsi matérialisé par son engagement précoce dans la production. Il compte à son actif déjà deux albums Zehar u3kiss (La malchance) (2021) et D axedam D azawali (Le travailleur pauvre) (2022)), dont les chansons sont  toutes aussi raffinées les unes que les autres, dans la mesure où la musique s’incorpore merveilleusement aux textes choisis.

Il s’agit, en effet, des productions soigneusement «confectionnées» comme une toile d’araignée. La teneur des paroles est bien appropriée à la réalité du terrain. Parmi les autres chansons de ce jeune artiste, on cite Aâwaz N Yid (Les insomnies) ou encore Tughaline gher imawlane (Les retrouvailles avec les parents).

Des textes qui traduisent des sentiments de chagrin et  de déception. «Je raconte beaucoup plus mon histoire», nous confie-t-il, tout en ajoutant que sa poésie il l’a transformée sous forme de chansons  pour en faire des albums. Ses poèmes résument la tristesse d’un amour perdu, nous précise-t-il.

Il a ainsi  abordé plusieurs sujets de jeunesse mais l’amour se taille la part du lion de ses textes où il parle de certaines étapes cruciales de la vie d’un jeune. Il chante la rupture amoureuse qui entraîne le plus souvent une tristesse, surtout lorsque l’on se remémore des souvenirs. Même si les publications sur les réseaux sociaux ont connotation mélancolique.

«Je suis né pour être triste, peut-être. Il y a des moments où je rigole, je m’amuse mais,  en réalité, je suis triste. Quand je découvre qu’il y a toujours quelqu’un qui souffre plus, je deviens optimiste», échange-t-il avec ses amis virtuels à travers les réseaux sociaux.

La sortie de ses opus l’a beaucoup encouragé à aller de l’avant même s’il reconnaît que le chemin est très long, tant le milieu de l’art est parsemé de beaucoup d’embûches, surtout pour un débutant. Il récidive toujours avec des apparitions régulières dans des occasions aussi bien dans sa région natale qu’à l’extérieur en participant, en solo ou bien avec son père, à l’animation  de nombreuses manifestations culturelles.

Parallèlement à cela, Toufik a été plusieurs fois invité par ses médias lors des émissions afin de faire  découvrir son talent. Il est donc passé, entre autres,  à Berbère Télévision, à la Chaîne II de la Radio nationale, à Radio Soummam,  à Canal Algérie et la chaîne de Télévision amazighe, TV4.

Par ailleurs, notons que ce jeunot épatant a commencé à s’intéresser à la poésie dès 11 ans. Au collège déjà, il déclamait des poèmes devant ses camarades de classe. Aujourd’hui, à l’âge de 27 ans, ses projets sont ambitieux. Il veut, dit-il, continuer dans son chemin pour se mettre au diapason des artistes de la chanson à textes, souhaite-t-il.  
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.