Tebboune : «Ça s’aggrave avec le Maroc»

17/02/2022 mis à jour: 01:23
3986
Photo : D. R.

Si les relations avec la France tendent à se normaliser, ce n’est pas du tout le cas avec le Maroc. Les relations algéro-marocaines traversent depuis des mois une grave crise. A ce propos, Abdelmadjid Tebboune a affirmé que la situation avec le Maroc n’a «pas changé depuis le début de la crise, pis, elle s’est aggravée».

Le président Abdelmadjid Tebboune a saisi, mardi soir, l’opportunité de sa traditionnelle rencontre avec les représentants de la presse nationale pour faire le point sur certains dossiers diplomatiques, la crise entre l’Algérie et le Maroc et les relations algéro-françaises. Concernant ce dernier point, il a affirmé que «de manière générale, les choses se sont tassées» entre les deux pays. A une question sur la teneur précisément du récent entretien téléphonique avec son homologue français, Emmanuel Macron, le président Tebboune a affirmé qu’effectivement «il y a un dégel dans les relations avec la France» et que «l’Algérie est un pays incontournable pour l’Afrique et une puissance africaine avérée».

Le chef de l’Etat, qui a notamment mis l’accent sur la nécessité d’une «entente» basée sur le respect mutuel, a toutefois relevé qu’il ne pouvait pas «dire plus que cela dans le soucis de ne pas influencer sur le processus électoral en France» qui s’apprête à organiser une élection présidentielle en avril prochain.

«De manière générale, les choses se sont tassées», a-t-il dit, rappelant les résultats «très positifs» ayant couronné la récente réunion tenue à Alger entre une délégation française conduite par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères français avec une délégation conduite également par le secrétaire général du MAE algérien.

Le président Tebboune a indiqué que «les choses commencent à prendre une autre direction», évoquant, à ce propos, le «geste» de Macron qui a rendu hommage aux victimes des manifestations pour la paix et contre l’OAS en Algérie, le 8 Février 1962, réprimées dans le sang à la station de métro Charonne, à Paris, par le préfet de police, Maurice Papon.

Propagandes et fake news

Si les relations avec la France tendent à se normaliser, ce n’est pas du tout le cas avec le Maroc. Les relations algéro-marocaines traversent depuis des mois une grave crise qui a entraîné leur rupture. A ce propos, Abdelmadjid Tebboune a affirmé que la situation avec le Maroc n’a «pas changé depuis le début de la crise, pis, elle s’est aggravée». Il a relevé que «Rabat, soutenu par Israël, se sert d’un appareil de propagande et de fake news contre l’Algérie».

Le chef de l’Etat a, de plus, souligné que le citoyen algérien était conscient que «tout ce qui porte atteinte à l’unité nationale et tente d’attaquer l’armée et tout ce qui vise à inventer des problèmes entre le Président et l’armée (…) viennent de l’appareil de propagande mobilisé par le voisin (le Maroc, ndlr) contre l’Algérie, et soutenu par Israël».  M. Tebboune est également revenu sur le sommet de la Ligue des Etats arabes, que l’Algérie s’est proposée d’accueillir dans le courant de cette année. Il a d’emblée démenti l’existence d’un quelconque désaccord entre les dirigeants arabes. «Il n’y aucun désaccord.

Au contraire, nous n’avons trouvé que des encouragements de la part des dirigeants arabes frères, du Golfe, de l’Egypte, de la Tunisie et du Yémen, qui attendent la tenue de ce sommet en Algérie. Tous les frères arabes attendent le sommet en raison de la politique de l’Algérie, équidistante à l’égard de toutes les parties et qui ne jette pas d’huile sur le feu pour provoquer la fitna entre les pays. Nous tendons plutôt de rapprocher les pays (…)», a assuré le président Tebboune. Il a ajouté qu’«au vu de la tournée effectuée par le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, dans certains pays arabes, tout le monde était d’accord pour la tenue du sommet d’Alger».

Le président Tebboune a formulé à l’occasion le vœu de voir le sommet d’Alger sanctionné de résultats «très positifs», d’autant que «le monde arabe en a besoin», ajoutant : «Arrêtons la désunion.» Il a, dans la foulée, annoncé que ce sommet arabe d’Alger se tiendra au cours du dernier trimestre de l’année en cours. «Une réunion officielle des ministres arabes des Affaires étrangères sera tenue en mars prochain au Caire, durant laquelle la date définitive du sommet sera officialisée. L’événement est prévu pour le dernier trimestre de l’année en cours, et il sera probablement lié à une journée historique pour l’Algérie», a-t-il dit. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.