Sid Ahmed Brik. Cinéaste et acteur : «Le manque de soutien à Mascara peut constituer un obstacle majeur»

24/04/2023 mis à jour: 23:20
2791
Photo : D. R.

Bien que travaillant pour une entreprise économique relevant de la direction de l’environnement de Mascara, la véritable passion de Sid Ahmed Brik est le monde du cinéma. Il est l’initiateur du groupe de défi pour les courts métrages et travaille sur ses compétences en réalisation, écriture de scénarios et jeu d’acteur. Il est déterminé à réussir dans ce domaine et espère un jour pouvoir se consacrer entièrement à sa passion pour le cinéma.

  • Comment avez-vous commencé votre carrière d’acteur et de réalisateur ?

J’ai amorcé ma carrière dans l’univers du cinéma en 2015 avec la réalisation d’un sketch intitulé Il y a encore du bien dans notre pays, qui traite d’une question sociale concernant les familles pauvres qui n’ont pas pu se permettre d’acheter un mouton pour l’Aïd El Adha et qui reçoivent le soutien des bienfaiteurs pendant la nuit de la fête.

Les enfants de ces familles sont heureux d’avoir un mouton et célébrer l’Aïd comme tout le monde. Depuis cette première expérience, j’ai travaillé sur divers projets, notamment Harga, le début et la fin en 2018, qui traite du phénomène de la harga (migration clandestine), Plaisirs et tourments en 2019 et L’intrus en 2020. Actuellement, je suis en train de finaliser plusieurs autres scénarios, dont la deuxième partie de L’intrus, La désobéissance envers les parents et Ma vie.

  • Quels sont les défis auxquels vous avez fait face lors de la production de vos films, en particulier dans une région comme Mascara qui souffre d’un manque de soutien dans ce domaine ?

Le manque de soutien dans une région comme Mascara peut constituer un obstacle majeur pour les cinéastes locaux. Dans mon cas, j’ai été confronté à de nombreux défis au cours de ma carrière cinématographique, en particulier en raison du manque de reconnaissance du cinéma en tant qu’art majeur dans la région.

Cela peut entraîner une absence de prise en compte sérieuse des cinéastes, entravant ainsi leur carrière et leurs perspectives d’avenir. Cependant, malgré ces obstacles, il est important de continuer à travailler dur et trouver des moyens créatifs pour surmonter ces difficultés et progresser dans le domaine cinématographique.

  • Pouvez-vous nous parler des films que vous avez écrits et produits ?

Le film El Harga, bidaya wa nihaya (La harga, début et fin) a été diffusé sur la chaîne algérienne Canal Algérie dans l’émission «Ça Tourne». C’est l’histoire vraie d’un jeune homme du quartier où j’ai grandi, qui a risqué sa vie sur l’un des bateaux de la mort pour atteindre l’Espagne. Après avoir été arrêté et renvoyé dans le pays, j’ai eu l’occasion de le rencontrer, et il m’a raconté son histoire.

C’est alors que j’ai eu l’idée de la transformer en scénario pour le film. Nous avons tourné certaines scènes à Mascara et d’autres sur la plage de Trouville à Oran. Je remercie les habitants et la police d’Oran pour leur aide dans la réalisation de la scène en mer. Je suis heureux que le message de mon film soit parvenu aux jeunes, en particulier à ceux qui envisageaient de prendre la mer pour gagner l’Europe.

Et Mataa wa adab (Plaisirs et tourments) qui est également inspiré d’une histoire vraie. Le film, qui a été diffusé sur la chaîne Algérie TV pendant le mois de ramadan en 2020, raconte l’histoire d’une famille bourgeoise dont les enfants se disputent l’héritage après la mort du père.

Le film aborde également le phénomène de la sorcellerie et montre comment une famille pauvre peut devenir riche. Le film contient trois messages importants. Je suis ravi que le film ait été bien accueilli par le public et qu’il ait obtenu un taux d’audience élevé sur ma chaîne YouTube.

Quant à Ad-dakhil  (L’intrus), il traite de la réalité des quartiers populaires et met en lumière le travail des enfants mineurs, le vol d’enfants, ainsi que le chantage exercé sur les familles. Je travaille actuellement sur la deuxième partie du film qui abordera davantage ce sujet. Nous commencerons le tournage après la célébration de l’Aïd El Fitr Inchallah.

  • Comment avez-vous choisi votre équipe d’acteurs pour vos films ? Pouvez-vous nous donner quelques noms ?

Le choix de l’équipe d’acteurs pour mes films s’est fait de manière fortuite. J’étais en train de discuter avec un groupe de jeunes du quartier, comme à mon habitude, lorsque j’ai proposé de travailler avec eux sur un film portant sur le phénomène de la harga.

Malgré leur manque de compétences en matière de jeu d’acteurs, ils ont accepté immédiatement et j’ai promis de les former. Aujourd’hui, nous formons une «équipe de défis pour les courts métrages de la wilaya de Mascara» et nous avons travaillé ensemble sur tous mes films, notamment El Harga, bidaya wa nihaya, Mataa wa adab et Ad-dakhil.

Cette équipe de défis pour les courts métrages comprend plusieurs visages créatifs tels que Brik Sofiane en tant qu’assistant réalisateur, Brik Amine, chargé de la distribution des rôles, Brik Zakaria, en tant que photographe et monteur de films, Hamadi Amine et Djillali Abdellah en tant qu’acteurs, et Brik Sid Ahmed en tant que réalisateur et acteur. La liste est longue et regorge de talents prometteurs.

  • Quels sont vos projets futurs dans le domaine du cinéma ?

En tant que réalisateur, je souhaite continuer à explorer des thèmes sociaux et culturels qui sont pertinents pour notre société, en particulier ceux qui touchent les jeunes et les familles. J’ai également l’ambition de travailler sur des projets qui mettent en avant des héros et des histoires inspirantes qui puissent inspirer le public.

En ce qui concerne l’acting, je souhaite explorer différents genres de films et travailler avec des réalisateurs talentueux pour améliorer mes compétences en tant qu’acteur. Je suis convaincu que cette expérience me permettra de mieux comprendre l’art de la réalisation et d’améliorer mes propres compétences en la matière.

Je suis actuellement en train de développer mes compétences techniques en matière de production de films. J’espère qu’un jour, j’aurai la chance de participer à des concours nationaux et internationaux de production de films, pouvoir continuer à développer mes compétences et à créer des œuvres cinématographiques qui inspirent les gens partout dans le monde. Un jour, je serai comme l’un de ceux-là : le réalisateur James Cameron ou l’acteur Tom Cruise. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.