Selon un rapport de l’ONU : Les abus persistent dans la prison de Guantanamo

06/07/2023 mis à jour: 12:55
2112

Le scandale de la prison américaine de Guantanamo refait surface. Les résultats d’une enquête onusienne révélés dernièrement montrent que les conditions à Guantanamo sont cruelles et inhumaines, tel que rapporté par le New York Times. 

Rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection des droits de l’homme dans la lutte contre le terrorisme (UNSRCT), l’Irlandaise Fionnuala D. Ní Aoláin , est la première fonctionnaire de l’ONU à être autorisée à visiter la prison de Guantanamo, établissement controversé créé après l’attaque du 11 septembre 2001, pour accueillir des personnes jugées proches ou ayant accompli des actions pour le compte d’Al Qaïda. La population carcérale, autrefois proche du chiffre de 800 détenus, est réduite aujourd’hui à 30, dont 16 détenus ont été déclarés éligibles à la libération par les autorités américaines. 

Durant ces vingt dernières années, les organisations des droits de l’homme ont documenté des abus graves et incalculables envers les détenus, notamment des faits de torture. La publication, lundi 26 juin, des conclusions de la visite technique n’est pas passée inaperçue dans les médias internationaux, révélant la persistance des pratiques inhumaines que les Américains font subir aux personnes encore détenues sur le site. 

Le rapport montre que les abus se poursuivent, ainsi que « des lacunes structurelles et un arbitraire systématique, notamment dans la formation, les procédures de fonctionnement et le respect des droits des détenus aux soins de santé, au conseil de famille et à la justice ». 

S’adressant aux journalistes lundi après-midi, ainsi que rapporté par la chaîne Al Jazeera, Ní Aoláin  a déclaré que chaque détenu qu’elle a rencontré vit avec les «préjudices incessants» causés par leur «restitution, torture et détention arbitraire» systématiques. « J’ai observé qu’après deux décennies de détention, la souffrance des personnes détenues est profonde et continue », a déclaré Ní Aoláin  aux journalistes qu’elle a rencontrés à New York. Mieux : la rapporteuse, professeur de droit à l’Université du Minnesota et à l’Université Queens de Belfast, a déclaré que « Le gouvernement américain doit fournir de toute urgence une résolution judiciaire, des excuses et des garanties de non-répétition ». 

De quoi embarrasser de plus belle l’administration Biden, qui a réfuté certaines conclusions, alors que le président américain a réaffirmé le jour même de la publication du rapport que la torture est interdite partout et à tout moment. « C’est illégal, immoral et une tache sur notre conscience collective », a-t-il dit, promettant de réduire le nombre de détenus dans la prison pour éventuellement la fermer. La rapporteuse a reconnu, cependant, que sa visite à Guantanamo a été rendue possible grâce à l’intervention de Washington. 

Le qualifiant de « cinglant », Amnesty International a déclaré que le rapport Ní Aoláin met en évidence la nécessité de fermer le centre de détention. « Il est plus que temps d’exiger la fermeture de la prison, la responsabilité des responsables américains et des réparations pour les tortures et autres mauvais traitements que les détenus ont subis de la part du gouvernement américain », a déclaré la secrétaire générale de AI, Agnès Callamard.

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.