Secteur du logement dans la capitale : La promesse tenue de Tebboune

06/07/2023 mis à jour: 09:23
4437
Photo : D. R.

Sur les 14 442 logements AADL projetés à Alger, 10 670 unités seront implantées à Rahmania. L’unité de dessalement d’eau de mer de Cap Djinet fait partie des stations «les plus importantes qui seront réalisées à travers le pays».

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a effectué hier une visite de travail et d’inspection dans les wilayas d’Alger, Boumerdès et Tipasa. Ces sorties sur le terrain ont coïncidé avec les festivités célébrant le 61e anniversaire du recouvrement de l’indépendance. Le chef de l’Etat a, à cette occasion, procédé à la pose de la première pierre pour la réalisation de 14 442 logements de type location-vente (AADL) à Alger, dont 10 670 unités dans la commune de Rahmania.

Il s’est rendu, peu avant, à Zeralda (ouest d’Alger) où il a inauguré l’hôpital des grands brûlés qui porte le nom du moudjahid défunt Docteur Saïd Chibane. Cet établissement hospitalier, disposant d’une capacité d’accueil de 144 lits, compte plusieurs services spécialisés, à savoir un service d’anesthésie-réanimation, un service de chirurgie esthétique et réparatrice pour adultes et un autre pour enfants, ce qui en fait le plus grand hôpital spécialisé dans la prise en charge des grands brûlés en Algérie.

Dans la matinée, M. Tebboune a procédé à la pose de la première pierre du projet de réalisation de la station de dessalement d’eau de mer de Cap Djinet, à l’est de Boumerdès. Cette unité de dessalement fait partie des stations «les plus importantes qui seront réalisées à travers le pays», avec une capacité de production devant atteindre 300 000 mètres cubes par jour, selon la fiche technique du projet.

Elle «sera érigée sur une superficie totale de 16 hectares et contribuera à améliorer la capacité d’approvisionnement en eau potable des habitants des wilayas de Boumerdès et d’Alger», est-il ajouté. La station comptera 10 unités devant assurer la couverture des besoins de 3 millions d’habitants.

La maîtrise d’ouvrage du projet est dévolue à Miah Cap Djinet, filiale de la société Algerian EnergyCompany (AEC), tandis que la réalisation a été confiée à deux firmes publiques. La Société de génie civil et du bâtiment (GCB) et la Société des grands travaux aux puits (GTP) devraient livrer le projet en décembre 2024. Le procédé qui sera utilisé est celui de l’osmose inverse. Il s’agit du procédé le plus couramment utilisé pour dessaler l’eau de mer.

Cap sur le dessalement

A Tipasa, le président Tebboune a également manié la truelle pour la pose de la première pierre de la station de dessalement de l’eau de mer de Fouka 2. D’une capacité de production de 300 000 mètres cubes par jour, la future SDEM s’étendra sur plus 7 hectares. Elle devra desservir en eau les habitants de la partie ouest de la capitale, la wilaya de Tipasa et une partie de la wilaya de Blida, soit environ 3 millions de personnes.

La station de Fouka 2 pourra compter sur deux canalisations principales pour l’acheminement des eaux à partir de pompes situées à 1000 mètres du rivage. A l’instar de Cap Djinat, Algerian EnergyCompany (AEC) est le maître d’ouvrage de la station de Fouka 2 dont l'entrée en exploitation est prévue pour le début de l’année 2025. La réalisation est confiée à la société nationale Cosider Canalisations.

Dans une déclaration à la presse, le président Tebboune a affirmé que «le plan d’urgence qui prévoit la réalisation de stations de dessalement à Oran, Béjaïa, El Tarf, Boumerdès et Tipasa est dictée par la persistance de la situation de stress hydrique que vit le pays». Il a également souligné toute l’importance que revêt la maîtrise des étapes de la réalisation et de l’exploitation de projets de ce genre par des sociétés et des compétences algériennes.

M. Tebboune a exhorté les responsables du secteur «à engager l’interconnexion entre les différents ouvrages hydrauliques ainsi que les grands transferts d’eau pour renforcer la sécurité hydrique de la population». Notons que la mise en service de ces cinq SDEM permettra de sécuriser l’approvisionnement du réseau de distribution d’eau potable par le dessalement de l’eau de mer à hauteur de 42% à l’horizon 2024, avec l’objectif de porter ce taux à 65% en 2030. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.