Secteur bancaire : L’entrée en Bourse du CPA avant fin mars

18/03/2024 mis à jour: 06:40
3899
Photo : D. R.

L’entrée effective en Bourse du CPA est prévue, selon des sources proches du dossier, fin mars, probablement le 26 de ce mois.

Prévue initialement le 2 février dernier, la clôture de la première phase de l’opération de souscription au capital du Crédit populaire d’Algérie (CPA) a finalement eu lieu le 14 mars, après la décision prise par la banque de prolonger le délai de 15 jours.

L’objectif était de permettre aux personnes physiques et aux entreprises intéressées par l’achat d’actions et qui n’ont pas pu le faire entre le 30 janvier et le 28 avril de participer à cette souscription «en toute facilité et aisance».

Un objectif atteint puisque, selon les premiers résultats, le nombre d’actions cédées a dépassé celui arrêté pour la première phase, c’est-à-dire 22 millions d’actions. L’entrée effective en Bourse du CPA est prévue, selon des sources proches du dossier, fin mars, probablement le 26 de ce mois.

Jusque-là, les premiers résultats évoquent la réussite de l’opération et le CPA a relevé un «fort engouement» pour cette prise de participation, selon les chargés de l’opération au niveau des agences.

Cet engouement a surtout été enregistré la semaine qui a précédé le mois de Ramadhan, que ce soit du côté des particuliers, des entreprises ou des investisseurs intentionnels. Des groupes privés de renom auraient d’ailleurs souscrit au capital du CPA en attendant que d’autres suivent.

Le bilan arrêté au 7 mars dépasse largement les objectifs fixés. Au total, selon le ministre des Finances, Laaziz Faid (un entretien à Echorouk), à cette date, il y a eu 42 628 souscripteurs dont 39 011 particuliers, soit 70% des acquéreurs, contre 22% pour les entreprises et 8% pour les investisseurs intentionnels (II). Et ce, pour un montant global de 98,6 milliards de dinars.

Ce qui représente 71%. Il restait ainsi au 7 mars 39% de l’offre à céder. Une offre qui est, pour rappel, de l’ordre de 138 milliards de dinars sur une valeur de 512 milliards de dinars. A fin février, le montant cédé était de l’ordre de 50 milliards de dinars, selon le PDG de la banque, Ali Kadri.

En l’espace d’une dizaine de jours, le chiffre a donc doublé. Il faut s’attendre à ce qu’il soit encore en hausse dans le bilan final. Ce qui va écourter le délai global de l’opération d’ouverture du capital, qui devrait durer théoriquement jusqu’à la fin de l’année en cours en trois phases.

Le PDG du CPA a déjà évoqué cette possibilité, annonçant à l’occasion d’une sortie médiatique le passage direct à la troisième phase. Il avait précisé que les actions restantes (sur un total de 60 millions) allaient être proposées sur le marché secondaire jusqu’au mois d’octobre 2024.

Mais à la lumière de ces premiers résultats, cette phase serait clôturée bien avant. Ce qui permettra de laisser place à l’ouverture du capital de la Banque de développement local (BDL), un dossier sur lequel le travail a déjà commencé, selon les informations que nous avons pu obtenir.

«Étape cruciale»

Ce que le ministre des Finances a confirmé justement, précisant qu’une troisième banque sera concernée par ce processus, sans toutefois donner de nom.

Le secteur des assurances connaîtra également cette ouverture, comme l’avait déjà laissé entendre le président de la Commission d’organisation et de surveillance des opérations de Bourse (Cosob) Youcef Bouzenada.

En prévision de cette nouvelle dynamique sur le marché boursier, la Cosob a délivré tout récemment un agrément au profit de la société Invest Market/Spa en qualité d’intermédiaire en opérations de Bourse (IOB).

Ce qui porte ainsi le nombre d’IOB à dix, puisqu’avant ce nouvel agrément, le secteur en comptait neuf, à savoir la Banque extérieure d’Algérie, la Banque nationale d’Algérie, le Crédit populaire d’Algérie, la Banque de développement local, la Banque de l’agriculture et du développement rural, la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance, Al Baraka Bank, Société Générale Algérie et Al Salam Bank.

«L’arrivée d’un nouvel acteur sur la place boursière permettra d’accroître la concurrence, d’améliorer la qualité des services offerts aux investisseurs et de contribuer à l’élargissement de l’assiette des activités du marché, notamment à la lumière de la dynamique que connaît actuellement le marché financier algérien», a souligné la Cosob à ce sujet.

Et d’ajouter que l’introduction en Bourse des banques publiques constitue «une étape cruciale dans ce processus», affichant par la même sa détermination à soutenir «toute initiative visant à accroître la contribution du marché financier dans le financement de l’économie, et appelle tous les acteurs du marché financier à continuer d’œuvrer pour le développement de cette action».

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.