Royaume-Uni : Julian Assange autorisé à contester son extradition vers les États-Unis

26/03/2024 mis à jour: 08:08
1994

La saga judiciaire de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, connaît un nouveau développement alors que la Haute Cour de Londres lui offre une chance de continuer à lutter contre son extradition vers les États-Unis. 

Deux juges ont demandé aux autorités américaines de fournir des assurances satisfaisantes sur le traitement réservé à Assange, notamment en ce qui concerne la liberté d'expression et la peine de mort, avant de poursuivre le processus d'extradition. Si ces garanties ne sont pas données, Assange pourra faire appel. Une nouvelle audience est prévue pour le 20 mai.

Les poursuites contre Assange sont liées à la diffusion de documents confidentiels par WikiLeaks, notamment des documents militaires et diplomatiques américains, ce qui lui vaut 18 chefs d'accusation, principalement d'espionnage. Les révélations de WikiLeaks ont inclus des vidéos et des documents sur les activités militaires américaines, y compris une vidéo montrant une attaque d'hélicoptères Apache à Bagdad en 2007, qui a tué plusieurs civils, dont des journalistes de Reuters. Les États-Unis accusent Assange d'avoir mis en danger des agents et des sources américains.

La défense d'Assange argue que les poursuites contre lui sont politiquement motivées et qu'il ne fait que pratiquer du journalisme en publiant des informations d'intérêt public. Ses partisans voient en lui un défenseur de la liberté de la presse, tandis que ses détracteurs le considèrent comme un irresponsable anti-occidental.

La situation d'Assange a suscité une grande attention internationale, avec des débats sur la liberté d'expression, le journalisme d'investigation et les limites du secret gouvernemental. Son extradition vers les États-Unis est devenue une question litigieuse, avec des préoccupations concernant son état de santé mentale et les conditions dans lesquelles il pourrait être détenu aux États-Unis.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.