Réalisation de stations de dessalement d’eau de mer : 87% de taux d’avancement à la station d’El Marsa

04/10/2022 mis à jour: 02:30
6398
La station de Corso est dotée d’une capacité de 80 000 m3/j et celle d’El Marsa de 60 000 m3/j

Le PDG de la société Algerian Energy Company (AEC), Lotfi Zennadi, a indiqué dimanche que le taux d’avancement des travaux de réalisation de la station de dessalement d’eau de mer d’El Marsa avait atteint 87% et de celle de Corso 41%. Lors de son exposé devant la commission de l’habitat, de l’équipement, de   l’hydraulique et de l’aménagement du territoire à l’Assemblée populaire nationale (APN), sous la conduite du président de la commission, Ammar Oulmi, M. Zennadi a précisé que les projets de réalisation des stations d’El Marsa et de Corso et celui de la station de Bateau Cassé, entré  en service avec une capacité de 10 000 mètres cubes par jour (m3/j), s’inscrivent dans le cadre du programme d’urgence du gouvernement, qui prévoit la création de trois stations de dessalement d’eau de mer à l’est de la capitale d’une capacité totale de 150 000 m3/j.  La station de Corso est dotée d’une capacité de 80 000 m3/j et celle d’El Marsa de 60 000 m3/j, a-t-il ajouté. Le PDG d’AEC a mis en avant les capacités des entreprises algériennes représentées par Cosider et l’Entreprise nationale de génie civil et   bâtiment (GCB) dans la réalisation de ces projets importants pour le secteur, rappelant les grands projets qui seront concrétisés dans ce domaine, à savoir la création de cinq stations de dessalement d’eau de mer à Béjaïa, Boumerdès, El Tarf, Tipasa et Oran. La stratégie de réalisation de ces grandes stations repose également sur les capacités nationales, notamment les entreprises relevant du groupe Sonatrach, pour limiter les dépenses en devise, réduire les coûts de production, assurer le service public de l’eau et acquérir de l’expérience   et de la technique, a-t-il affirmé, faisant référence au recours aux   entrepreneurs algériens dans le secteur du bâtiment et travaux publics (BTP). Les plans d’exécution ont été approuvés et les groupes et les sites devant abriter ces stations ont été sélectionnées, a-t-il fait savoir, précisant que leur mise en service est prévue pour décembre 2024. Rappelons que la station d’El Marsa cumule du retard dans les délais de livraison. 

La réception des deux stations était prévu pour juillet dernier pour la station El Marsa et fin décembre prochain pour la station de Corso d’autant que les spécialistes sont unanimes à affirmer que la réalisation de stations de dessalement de l’eau de mer était l’unique solution pérenne, à même de venir à bout du problème de perturbations de l’alimentation en eau potable. C’est à ce titre qu’intervient le responsable de Sonatrach, via sa filiale Algerian Energy Company (AEC)  exerçant, notamment, dans la génération de l’énergie électrique et le dessalement d’eau de mer, en voulant accélérer la réalisation dans les plus brefs délais, des stations de dessalement de l’eau de mer  d’El Marsa et de Corso dans la wilaya de Boumerdès. Dès leurs mise en service, le taux de production totale d’eau potable à partir d’eau de mer dépassera les 60%. Ainsi, nous pourrons nous en contenter pour assurer en partie l’AEP de la wilaya d’Alger, des barrages Keddara et Douéra et de ne plus recourir donc aux apports des eaux des barrages de Taksebt (Tizi Ouzou), Koudiat Asserdoune (Bouira) et Gherib (Aïn Defla). 


 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.