Rahabi répond à la ministre française des Affaires étrangères

19/06/2023 mis à jour: 13:34
18642
Photo : Montage El Watan

L’ancien ministre et diplomate Abdelaziz Rahabi répond aux propos de la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, sur la décision prise par l’Algérie d’élargir le champ d’interprétation intégrale de l’hymne national aux cérémonies commémoratives en présence du président de la République.

S’exprimant sur LCI, la cheffe de la diplomatie française s’est interrogée sur cette décision d’«étendre l’usage d’un hymne qui date d’une autre époque». «Même si le contexte de l’époque l’explique, je vous concède que je peux m’interroger et que cela paraît un peu à contretemps», a-t-elle déclaré. Réagissant sur sa page Facebook, M. Rahabi a qualifié la déclaration de Catherine Colonna de «choquante».

Elle est, selon lui, «aussi inappropriée qu’inacceptable». «Catherine Colonna souhaite avoir les meilleures relations avec l’Algérie et s’interroge en même temps sur la décision souveraine de l’Algérie d’''étendre l’usage'' de son hymne national dans les circonstances et les conditions choisies par le gouvernement algérien», a poursuivi l’ancien ministre de la Communication. 

M. Rahabi a rappelé que «les hymnes nationaux sont considérés, depuis le XVIIIe siècle, comme un symbole des Etats et une représentation de l’histoire des pays à un moment donné et, de ce fait, de nombreux hymnes nationaux se réfèrent à l’ennemi d’hier, comme certains d’entre eux sont caractérisés par plus d’une copie, cela n’est donc pas spécifique à l’Algérie»

Par ses propos, a affirmé l’ancien ministre, Mme Colonna demande «explicitement» à l’Algérie «d’adapter notre hymne national à l’état de nos relations bilatérales et de notre histoire selon la volonté de l’ancienne puissance coloniale».

Il est regrettable, selon lui, qu’«un membre du gouvernement alimente le débat avec une déclaration inappropriée et inacceptable, dans un contexte interne marqué par une campagne continue, menée par des partis et des personnalités de droite dans le but de placer l’Algérie au centre du débat interne sur les questions migratoires».

«Ces parties, a-t-il ajouté, s’emploient également à lui imputer une responsabilité dans les conséquences de la guerre en Europe pour tenter d’affaiblir sa décision souveraine en matière de politique étrangère.» 

Les déclarations de la ministre française des Affaires étrangères interviennent en pleine polémique en France sur ce décret présidentiel qui détermine les circonstances et les conditions d’interprétation, intégrale ou partielle, de l’hymne national ainsi que les partitions musicales, complètes et réduites, interprétées lors de cérémonies officielles, publié au Journal officiel du 21 mai 2023.

Un texte qui apporte une légère modification au décret n° 86-45 du 11 mars 1986 en rajoutant dans les commémorations officielles en présence du président de la République aux événements où l’hymne national est exécuté, chant et musique, dans ses cinq couplets.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.