Radio d’El Tarf : Deux journalistes de nouveau devant la justice

27/02/2022 mis à jour: 09:17
1201
Arrestations à la Radio d’El Tarf

Deux journalistes de la radio régionale d’El Tarf, Nadjet Benmessaoud, réalisatrice de l’émission «Ton médecin en direct» et son époux Karim Boughaba, animateur, sont de nouveaux convoqués devant la justice. 

Ils l’ont appris au hasard d’une rencontre avec un avocat qui leur a appris que le juge du tribunal d’El Tarf avait cité leurs noms lors de la session du 22 février. Comme ils n’ont pas reçu de convocations, ce qui du reste est curieux, ils se sont rendus au greffe du tribunal pour apprendre en effet le dépôt d’une plainte pour diffamation par le directeur de la santé de la wilaya d’El Tarf. 

Ils avaient été entendus, il y a quelques semaines, par les services de la police judiciaire pour une affaire qui remonte à juillet 2021, lorsque les deux journalistes ont rapporté le décès par manque d’oxygène à l’hôpital de Besbes, 60 km à l’ouest du chef-lieu, d’une jeune fille de 21 ans originaire de Chatt. Nadjet et Karim ont été entendus une première fois par les services de la police judiciaire de Besbès le 8 juillet 2021 puis, plus de nouvelles.

 C’est le directeur de l’hôpital de Besbès, qui avait déposé cette première plainte pour diffamation, et «diffusion de mensonges et absence d’ordre de missions» pour un reportage dans lequel la réalisatrice de l’émission enregistre sur le vif le décès de la jeune fille et dans lequel on entend distinctement le frère de cette dernière dire que la bouteille d’oxygène était vide. 

Il est aussi probable que l’hôpital avait été approvisionné en oxygène et que celui-ci était disponible, comme nous l’avait affirmé le responsable de cet établissement, mais la jeune fille est bien décédée, selon plusieurs témoignages, par manque de ce produit vital. Le reportage diffusé le lendemain sur les ondes de Radio El Tarf est aussi enregistré et publié sur le site Facebook de la radio. 

Il fait le buzz car les autorités s’époumonaient à l’époque de ce meurtrier 3e pic de la pandémie à démentir cette pénurie notoire. Le directeur de l’hôpital avait pour sa part été écarté de son poste quelques heures plus tard puis mis à la retraite. 

Les journalistes ont fait leur travail. Ils ont rapporté des faits réels avec preuves et témoignages. Mais certains responsables ont cette indécrottable réaction épidermique d’envoyer systématiquement devant les tribunaux ceux qui les contrarient. 

En effet, on pensait que la justice de Besbès avait probablement classé cette affaire qui ne souffre d’aucune ambiguïté sur l’aspect professionnel de Nadjet Benmessaoud et de la publication sur Facebook faite par son époux Karim Boughaba qui depuis sont revenus à leurs postes et repris l’émission «Ton médecin en direct». Comment expliquer dans ce cas cet acharnement judiciaire réactivé par le premier responsable de la Santé d’El Tarf ? 

Faire taire définitivement la réalisatrice, très suivie sur les ondes, et qui a repris ses investigations sans concessions dans les établissements hospitaliers de la wilaya ? Le procès de Nadjet Benmassaour et Karim Boughaba a été renvoyé au 22 mars prochain. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.