Projet de la station de dessalement de l’eau de mer de Béjaïa : «Le lancement des travaux est imminent»

20/02/2022 mis à jour: 00:15
3323

Le démarrage du projet de l’usine de dessalement de l’eau de mer (SDEM) de Béjaïa devrait intervenir dans un délai très bref, selon Mezerket Belaïd, directeur des ressources en eau de la wilaya de Béjaïa. 

A fortiori, le choix de terrain a été effectué et toutes les conditions sont réunies pour entamer le projet, ajoute la même source. «L’assiette foncière a été retenue. Elle est localisée sur le littoral de Tighremt, dans la commune de Toudja, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Béjaïa. L’entreprise réalisatrice étant également retenue, à savoir Algerian Energy Company (AEC), filiale de Sonatrach, il ne reste plus qu’à régler quelques paperasses avant le lancement effectif du chantier», affirme notre interlocuteur. 

La SDEM de Béjaïa est l’une des cinq stations retenues dans le cadre d’un programme d’urgence de dessalement de l’eau de mer. 

A l’instar des quatre autres SDEM en projet, à savoir celles des wilayas d’Oran, Alger, Taref et Boumerdès, «la station de dessalement de l’eau de mer de Béjaïa est dotée d’une capacité de 300 000 m3 par jour, couvrant largement les besoins de la wilaya en eau potable et qui est de 250 000 m3/jour», a indiqué le même responsable. 

Rappelons que les services de la wilaya avaient anticipé sur la recherche d’un site susceptible d’accueillir une station, puisque, en 2018, le choix du site de Tighremt a été conclu après la prospection de nombreux sites sur les deux bandes littorales de l’est et de l’ouest de la région. Un appel d’offres national pour l’étude et la réalisation a été même lancé. 

Seulement, à l’époque, l’administration locale a projeté une station de dessalement d’une capacité de 50 000 m3/j, extensible à 100 000 m3/j, pour le montant de 12 milliards de dinars et qui répondra aux besoins des zones les plus touchées par le manque d’eau à travers une dizaine de communes, à l’instar de Toudja où les villageois continuent de s’approvisionner en eau de fontaine à partir des forages, ou alimentés par la commune à l’aide de citernes. 

Il était prévu, également, l’alimentation de façon régulière les deux pôles urbains de Oued Ghir (Ighzer Uzarif) et de Sidi Boudrahem à partir de cette station. 

A présent, a indiqué Mezerket Belaïd, «l’objectif de ce nouveau programme est de sécuriser l’alimentation en eau potable des 52 communes de la wilaya», précisant que le dessalement de l’eau de mer «est une solution pérenne, de nature à éradiquer le problème du manque d’eau dans la région». 

Quant au choix du site de la côte ouest, ajoute le directeur, il répond à deux impératifs qui rendent le traitement des eaux salées moins contraignant grâce à la propreté de l’eau dans cette partie du littoral et le passage, surtout, des réseaux de transfert du barrage hydraulique Tichy-Haf qui serviront aussi à transférer l’eau produite à la SDEM. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.