Programmes d’habitat à Baba Hassen : L’équipement public, maillon faible de la commune

13/02/2023 mis à jour: 15:06
1247

Située à une vingtaine de kilomètres à l’ouest du chef-lieu de la wilaya, la commune de Baba Hassen n’en finit pas de se débattre avec le manque de commodités devant hisser le cadre de vie de ses habitants. «Les conditions de vie auxquelles nous aspirons sont loin de la réalité du terrain. Notre espoir repose sur le travail qui incombe aux responsables de la municipalité, à leur tête le maire», nous confient des habitants des nouvelles cités rencontrés lors d’une virée. Les autochtones qui sont devenus au fil du temps minoritaires avec la mutation des lieux, estiment :  «Nous sommes à mi-chemin entre une agglomération qui affiche un semblant de modernité et le village agricole de naguère.» Le nombre d’habitants à Baba Hassen a quadruplé en l’espace de quelques années seulement, où les autorités compétentes ont été contraintes de déclasser des parcelles de terrains pour les programmes d’habitat. Néanmoins, les besoins des habitants en matière d’équipements publics n’ont pas suivi la demande des nouveaux relogés, en particulier dans les sites des 2400 Logts, 1090 Logts et la cité Omar Bendaoud. «Certaines parties de la commune sont dépourvues de bureau de poste, de commissariat de proximité, de maison de jeunes, etc. ; pour le simple paiement d’une facture d’électricité, nous sommes dans l’obligation de nous déplacer jusqu’au chef-lieu de la commune», dira un citoyen. «La commune manque de tout, y compris d’établissements scolaires, de transport, de routes et d’infrastructures dédiées à la prise en charge de la jeunesse locale», affirment-ils. Autre grief retenu par les habitants des lieux, les routes, un handicap de taille. L’état des routes à Baba Hassen est déplorable. En effet, hormis quelques rues principales qui sont épargnées par la dégradation, toutes les venelles et ruelles de la commune sont dans un état de vétusté avancée. Outre la détérioration de la chaussée, l’agglomération foisonne de ralentisseurs. Abrupts et escarpés, ces dos-d’âne sont mal faits et ne répondent aucunement aux normes d’usage. En franchissant ces monticules difformes, les véhicules sont mis à rude épreuve. «Il est plus judicieux de remplacer les dos d’ânes par l’installation des feux de signalisation, lesquels sont une solution pérenne et moderne pour les problèmes de congestion routière», suggère-t-on. La route la plus touchée est celle qui mène à l’ouest de la ville où se trouvent les nouvelles cités réalisées dans le cadre de l’AADL. Les écoliers qui habitent à quelques encablures de leur établissement scolaire pataugent dans la boue. En matière de transport, à part les bus qui traversent la ville, les moyens de transport manquent cruellement à Baba Hassen, particulièrement vers la cité AADL. Le manque de commodités concerne d’autres volets. Il faut savoir que la commune de Baba Hassen manque de structures dédiées au commerce. Le marché, qui se trouve à l’entrée ouest de la ville, ne répond pas aux standings exigés. Il s’agit en fait d’étals installés anarchiquement sur un terrain vague. Cette situation a favorisé le commerce informel. «Les marchands informels occupent les moindres espaces de la ville. Après la vente de leurs produits, ils laissent la chaussée dans un état lamentable.» La frange juvénile est délaissée par manque de structures dans les cités devant la soustraire aux méandres de la rue.

Les habitants de Baba Hassan lancent un appel à l’endroit des élus locaux afin de régler tous ces problèmes.  

Copyright 2024 . All Rights Reserved.