Production de céréales : La campagne moisson-battage prometteuse

20/07/2023 mis à jour: 11:25
4964
Photo : D. R.

Au regard de la faible pluviométrie enregistrée dans le pays, les services agricoles d’Alger ont procédé, en priorité, à la collecte des semences en vue de les mettre à la disponibilité des agriculteurs pour la prochaine saison, comme c’est le cas dans d’autres régions.

Lors d’une réunion d’évaluation tenue ce 18 juillet, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural (MADR) a fait le point sur la campagne moisson-battage qui a, faut-il le souligner, démarré tôt cette année dans certaines wilayas en raison du stress hydrique. En plus d’autres dossiers concernant le secteur, il était en effet question, à l’occasion de cette rencontre, de présenter des exposés sur l’état d’avancement de cette campagne et les effets de la faible pluviométrie.

Et également sur le programme national de renforcement des moyens de stockage de céréales visant à porter les capacités à 90 millions de quintaux. Ce programme, lancé officiellement début juillet, prévoit à titre indicatif la réalisation de 350 points de collecte de proximité et de 36 grands silos.

Pour l’heure, les données concernant les premiers bilans ne sont pas encore rendues publiques officiellement, mais selon certaines informations qui nous sont parvenues des coopératives de céréales et de légumes secs (CCLS), la production n’est pas aussi faible que l’on s’attendait.

C’est du moins le cas à Djelfa, où la CCLS prévoit une collecte plus importante que l’année précédente pour le blé dur (5000 quintaux jusqu’à présent en attendant le bilan final) alors que pour le blé tendre et l’orge, elle reste faible.

Et ce n’est pas uniquement en raison de la baisse de la production. L’informel continue à sévir dans cette filière, même si le MADR rappelle aux céréaliculteurs l’obligation de livrer la totalité de leurs récoltes aux CCLS territorialement compétentes, conformément aux dispositions en vigueur.

«Les céréaliculteurs préfèrent vendre l’orge à 7000 DA le quintal sur le marché parallèle, au lieu de le céder aux CCLS à 3400 DA le quintal», nous dit une source au niveau de la CCLS de Djelfa, où l’opération de collecte se poursuivra jusqu’à fin juillet, comme c’est le cas dans d’autres régions.

Par ailleurs, à Alger, la direction des services agricoles (DSA) de la wilaya table sur une production de 35 000 à 38 000 quintaux de céréales pour cette saison grâce à l’adoption par les agriculteurs des techniques d’irrigation complémentaire. Aussi, au regard de la faible pluviométrie enregistrée dans le pays, les services agricoles ont procédé, en priorité, à la collecte des semences en vue de les mettre à la disponibilité des agriculteurs pour la prochaine saison, comme c’est le cas dans d’autres régions.

A noter dans ce même sillage que la Caisse nationale de la mutualité agricole (CNMA) organise tout au long de la campagne moisson/battage 2022-2023 des Journées de vulgarisation au profit des agriculteurs, afin de les sensibiliser sur l’importance de l’assurance agricole.

«En tant qu’assureur-conseil de proximité, la CNMA participe activement à la campagne moisson/battage 2022-2023 qui bat son plein et s’engage à accompagner les agriculteurs en leur proposant une panoplie de produits d’assurances agricoles qui réduisent les répercussions des risques et leur impact sur les rendements, notamment les produits qui concernent les aléas climatiques à caractère calamiteux, tels que les inondations, le gel, le sirocco sur les cultures céréalières et les autres spéculations, telles que les cultures arboricoles, viticoles, maraîchères...» a indiqué au début de cette semaine un communiqué de la Caisse.

Lors de ces Journées de vulgarisation, les directeurs des caisses régionales offrent aux assurés, en cette période de grande canicule, des mesures d’accompagnement, à savoir des extincteurs comme moyen de prévention contre les incendies.

Une manière pour la CNMA de sensibiliser les céréaliers, les propriétaires et les vendeurs de moissonneuses-batteuses, sur la nécessité de la prévention contre les incendies des céréales, à travers des illustrations explicatives sur l’entretien de ces machines et leurs réglages.

Il s’agit aussi d’encourager les acteurs de cette filière stratégique à souscrire des contrats d’assurances, surtout que l’engouement reste faible dans ce cadre, connaissant la part insignifiante de l’assurance agricole par rapport à d’autres produits.

Avec l’augmentation des risques liés notamment aux extrêmes climatiques, la prise en charge de cette problématique s’impose. Le recours au contact direct avec les agriculteurs est dans ce sens important pour une meilleure sensibilisation.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.