Première édition de Dakar Séries : La série algérienne Mayna primée

10/05/2023 mis à jour: 10:54
2094

La série algérienne Mayna, réalisée par Walid Bouchebah et écrite par Lamia Kahli, a décroché, dernièrement, lors de la première édition de Dakar Séries le prix de la meilleure photographie.

Composée de 20 épisodes de 26 mn, cette série de télévision Mayna à l’humour décapant se déroule dans le Sud algérien, plus précisément, à Timimoun. La trame de l’histoire revient sur les aventures improbables de Krimo, propriétaire d’un hôtel et d’une station-service, et de Hmimi, propriétaire d’une Oasis. 

Déterminés à s’enrichir à tous prix, les deux comparses se lancent d’une manière irréfléchie dans des affaires douteuses de trafic illégal d’animaux. Présents également dans la région, des chercheurs scientifiques mènent l’enquête sur la disparation mystérieuse d’animaux sauvages, sans se douter que, pour résoudre l’énigme, ils vont devoir faire équipe avec l’inspecteur Ammimer, accompagné de son inséparable chien. Tout au long de cette série hilarante, on retrouve des personnages drôles et attachants à la fois. A l’image de Mourad Saouli, campant le rôle d’un pompiste grincheux, Sabrina Korichi, à la réplique aiguisée, Slimane Horoqui à la rigolade plaisante. 

On retrouve également Fodil Assoul, jouant le rôle d’un vétérinaire mexicain, mêlant l’espagnol à la derdja, et Anya Louanchi, se met admirablement dans la peau d’une scientifique consciencieuse. Cette série télévision peut se targuer de compter dans son casting deux nouvelles figures du cinéma de Tamanarasset. Il s’agit de Miloudi Ouatik, dans le rôle de Bekka, une vendeuse de dattes dans la placette du village. 

Trop bavarde, elle est tout le temps en conflit avec Tenou et Zola. La deuxième comédienne est Tenou Khilouli. Baptisée Tenou dans la série, elle incarne le rôle d’une gérante d’une petite coopérative agricole spécialisée dans la production et la transformation de dattes bio. «Elégante, Tenou incarne toutes les valeurs des gens du Sahara. Sa beauté renversante attire les convoitises, et son inaccessibilité la rend précieuse», lit-on dans le synopsis. Contacté par nos soins, le producteur Hatem Siradj s’est dit honoré que la série Mayna ait décroché cette reconnaissance à l’international. Pour rappel, pour l’heure, cette série de télévision n’a pas été encore diffusée à la Télévision algérienne. 

Notre interlocuteur précise que la série en question a été proposée à l’ENTV en 2021. Les cinq premiers épisodes ont été soumis à la commission de visionnage. «Dans un premier temps, explique t-il, ils ont cru que notre agence avait un litige juridique avec la télévision alors qu’il n’en est rien. 

En octobre 2002, il y a eu un programme d’achat de programmes pré-diffusés qui était ouvert aux producteurs algériens. L’ENTV a visionné la totalité des 20 épisodes de la série. Nous avons été classés dans la catégorie A. 

Trois semaines avant le ramadan dernier, nous avons été rappelés par la commission de visionnage de l’ENTV. Ils nous ont proposé 27% du coût de la production pour acheter tous les droits de la série. Je leur ai dit que ce n’était pas possible. On m’a, par la suite, orienté vers la direction du service commercial. Je suis retourné vers la commission qui m’a signifié qu’il y avait des conditions internes pour travailler avec l’ENTV.» Et de poursuivre : «On m’a expliqué que si l’ENTV ramène des sponsors, elle encaisse l’argent et si les producteurs ramènent des sponsors, ils peuvent encaisser 20% et l’ENTV 80%. 

Pour notre part, nous avons eu, seulement, deux grands sponsors, mais ce n’était pas suffisant. Il nous faudrait une quinzaine de sponsors pour couvrir la production : chose très difficile à concrétiser.» Notre interlocuteur ne désespère pas pour autant. Il préfère rester positif «Le bon travail a toujours une récompense. Nous ne baisserons pas les bras», conclut-il avec assurance et fierté à la fois. Il est à noter que la compétition de la première édition de Dakar Séries qui s’est tenue du 3 au 6 mai a comporté des films, provenant entre autres du Maroc, du Cameroun, du Togo, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Nigeria, du Burkina Faso, de Centrafrique et de l’Afrique du Sud. 27 films étaient en lice, dont trois ont été projetés hors compétition. 

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.