Politique : Nouvelle rencontre entre le RCD et le MSP

14/06/2023 mis à jour: 16:38
1699
Atmane Mazouz (RCD) - Abdelali Hassani Charif (MSP) - Photos : D. R.

Près de dix ans après avoir donné naissance à une première coalition de partis, baptisée CNLTD (Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique), qui avait organisé les deux congrès de l’opposition (Mazafran I et II), le RCD et le MSP se rencontrent à nouveau.

Cette fois, c’est dans le cadre d’une nouvelle démarche de concertation initiée, en avril dernier, par trois formations politiques, en l’occurrence le Parti des travailleurs (PT), le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et l’Union pour le changement et le progrès (UCP).

En effet, une délégation du RCD, conduite par son président Atmane Mazouz, s’est déplacée dimanche après-midi au siège du MSP pour y rencontrer les dirigeants de cette formation. Selon un communiqué du parti, la rencontre a eu lieu avec le nouveau président de cette formation, Abdelali Hassani Charif. «La réunion a porté sur l’échange de points de vue sur diverses questions politiques nationales, régionales et internationales», indique la même source.

Contacté, Rachid Hassani, chargé de communication du RCD, a affirmé que cette rencontre s’inscrit dans le cadre des «concertations lancées avec les partis en vue d’aller vers une démarche tendant à débattre des moyens à mettre en œuvre pour sauvegarder le pays et impulser une politique qui privilégie l’intérêt général et donc soutenue par la majorité de notre peuple».

Pour sa part, le vice-président du MSP, Nacer Hamdadouche, s’est exprimé sur cette rencontre dans une déclaration au quotidien El Khabar. Tout en affichant la prudence de son parti «concernant l’éventuelle alliance ou participation à une initiative à la veille d’une présidentielle», le député estime que la rencontre de dimanche dernier s’inscrit dans le cadre de la «concertation partisane en vue de rapprocher les points de vue entre les différents acteurs de la classe politique nationale».

Ces deux partis ne se sont pas rencontrés depuis l’éclatement de la CNLTD, dont le projet appelant à une transition démocratique a été abandonné avec l’avènement du mouvement populaire du 22 février 2019.

Pour rappel, le RCD appelle à un «débat national inclusif». «Le contexte actuel exige que la majorité des Algériennes et des Algériens puissent débattre des moyens à mettre en œuvre pour sauvegarder le pays et impulser une politique qui privilégie l’intérêt général et donc soutenue par la majorité de notre peuple», souligne le parti dans un communiqué rendu public samedi dernier.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.