Poissonnerie de Sidi Bel Abbès : Une adjudication qui fait polémique

03/09/2022 mis à jour: 12:10
344

La procédure d’adjudication pour la location de la poissonnerie de la ville de Sidi Bel Abbès continue de susciter des réactions depuis son approbation, à la mi-août, en session plénière de l’Assemblée communale (APC). 

La municipalité a-t-elle vu juste en décidant de louer cette belle structure au toit ondulé conçue par le célèbre architecte Maury et inaugurée  en 1953 ? Lundi dernier, l’association de sauvegarde du patrimoine architectural de Sidi Bel Abbès a rendu public un communiqué pour dénoncer une démarche qu’elle juge «hasardeuse» et «inconsciente». «Voilà  que des élus persistent et signent dans leurs démarches hasardeuses et inconscientes de massacrer les symboles de la ville», s’indigne le président de l’association M. Talha Djelloul, qualifiant l’opération de «bradage condamnable». 

Contacté ces derniers jours, le président de l’APC, Megherbi Miloud, a expliqué que la polémique née autour de l’adjudication de la poissonnerie intervient au moment où l’assemblée a décidé de revoir les prix de location de l’ensemble de son patrimoine immobilier. «Plus de deux décennies après sa fermeture, l’assemblée s’est résolu à mettre en adjudication la poissonnerie dans le stricte respect de la réglementation», a-t-il affirmé. 

Selon lui, l’assemblée a retenu par les adjudicateurs le mieux disant pour un contrat de location de 3 ans révisable au prix de 16 millions de centimes par un incluant une disposition permettant de réévaluer le prix à concurrence de 10% chaque année. «La poissonnerie gardera sa vocation initiale», a-t-il précisé. 

Concernant le montant de la location, jugé dérisoire, M. Megherbi a ses arguments. «Entre le fait de laisser une telle structure fermée avec le risque de la voir se dégrader de jour en jour et celui de fixer un loyer annuel, certes peu exorbitant, le choix est tout fait», a-t-il déclaré à El Watan. «Notre objectif est de fructifier, graduellement, un patrimoine communal longtemps délaissé. Et il ne s’agit pas seulement de la poissonnerie, puisque d’autres biens immobiliers ont été mis en adjudication -avec cahiers de charges séparés- et une réévaluation du prix de location». 
 

La poissonnerie, communément appelée «El Bança», en contrebas de la coupole voisine,  constitue l’un des joyaux architecturaux de la ville de Sidi Bel Abbès avec ses halles spacieuses et parfaitement ventilées. Longtemps délaissée, elle fût complètement défigurée à un moment donné et a subi des modifications de sorte à ce qu’elle puisse accueillir une quinzaine de magasins de friperie. 

A l’époque, face à l’indignation de la population et au tollé suscité autour de cette curieuse démarche initiée par l’APC, le changement de vocation de la poissonnerie a été abandonné. Le projet de le transformer en friperie a été stoppé. Et, depuis, cet espace où se déroulait la traditionnelle criée est resté inoccupé.     

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer