Plafonnement du prix du gaz russe : L’UE divisée

10/09/2022 mis à jour: 21:56
1998

Les ministres de l’Energie de l’Union européenne étaient divisés hier sur l’opportunité de plafonner les prix du gaz russe, alors qu’ils se réunissaient pour élaborer des mesures visant à protéger les citoyens et les entreprises des factures énergétiques exorbitantes.
 

L’UE se réunit dans un contexte de fortes tensions énergétiques, exacerbées par la menace du président russe Vladimir Poutine d’arrêter toutes les exportations d’énergie vers tout pays qui tenterait d’imposer le plafonnement des prix suggéré par Bruxelles. Une telle décision laisserait plusieurs pays européens, dépendant massivement du gaz russe sans approvisionnements fiables pour l’hiver à venir. 
 

Si les Etats baltes font partie de ceux qui soutiennent l’idée du plafonnement, affirmant que cela priverait Moscou d’argent pour financer l’action militaire en Ukraine, les Etats d’Europe centrale et orientale, dont beaucoup dépendent plus que d’autres du carburant russe, craignent de perdre tous leurs approvisionnements, tandis que certains se demandent si un plafond aurait beaucoup d’impact sur la réduction des prix.
 

«Si des restrictions de prix devaient être imposées exclusivement sur le gaz russe, cela conduirait évidemment à une coupure immédiate de l’approvisionnement en gaz. Il ne faut pas un prix Nobel pour le reconnaître», a déclaré le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto cité par Reuters.
 

L’Allemagne aussi n’est pas favorable à un plafonnement des prix du gaz russe, car certains pays dépendent encore de ces approvisionnements, a déclaré le ministre de l’Economie, Robert Habeck, aux journalistes à Bruxelles. «Ces pays sont dépendants et sont obligés d’utiliser ce gaz», a-t-il déclaré.
 

L’Autriche, qui dépend toujours de l’approvisionnement en gaz de Moscou même si la dépendance s’est atténuée, ne soutient pas non plus une limite de prix, a déclaré la ministre de l’Energie Leonore Gewessler. L’Allemagne est également contre un plafonnement général des prix du gaz, car cela enverrait un mauvais signal au marché, a-t-il ajouté. 
 

L’opposition aux plans de la Commission est également venue de responsables espagnols et portugais, qui craignent qu’un plafonnement des prix sur le gaz russe ne laisse leurs pays dans une position concurrentielle désavantageuse, étant donné qu’ils s’approvisionnent en gaz en grande partie d’Algérie et à partir d’importations de gaz naturel liquéfié en provenance des Etats-Unis.
 

Les prix du gaz, environ huit fois plus élevés que leurs niveaux moyens pour cette période de l’année, ont été volatils cette semaine alors que les commerçants évaluent les profondes préoccupations d’approvisionnement par rapport aux efforts du gouvernement pour contenir la crise. 
 

 

L’UE prévoit de relancer le dialogue avec l’Algérie sur l’approvisionnement en gaz


Dans un contexte de discussions difficiles sur la crise énergétique qui secoue l’Europe à l’approche de l’hiver, suite au conflit avec la Russie, premier fournisseur du Vieux Continent, la commissaire européenne à l’énergie, Kadri Simson, a déclaré, selon un compte rendu de Bloomberg, qu’elle présenterait cinq propositions aux ministres lors des discussions en cours sur la crise énergétique. Elle a ainsi souligné que la Commission européenne doit offrir aux gouvernements des outils pour faire face à l’urgence actuelle. «Ce n’est pas seulement une question de prix, mais aussi une question de sécurité de l’approvisionnement», a-t-elle déclaré, ajoutant que le marché avait besoin d’une intervention extraordinaire. L’UE prévoit également de relancer le dialogue avec l’Algérie sur l’approvisionnement en gaz, a-t-elle ajouté.
«Il y a un travail en cours avec nos partenaires internationaux. Pour les prochaines semaines, je prévois de renouer le dialogue énergétique avec l’Algérie, avec laquelle j’ai déjà eu des contacts le mois dernier. J’aurai également une rencontre, ce dimanche, avec l’Azerbaïdjan et je l’espère, avec le ministre norvégien. C’est donc un travail en cours pour que nos partenaires internationaux, y compris les Etats-Unis, puissent nous soutenir», a déclaré Simson. 

 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer