Nettoyage des points noirs à Ali Mendjeli : Une moyenne de 600 tonnes de déchets collectées mensuellement

09/08/2023 mis à jour: 09:46
1723

Le rejet anarchique des déchets et l’incivisme de certains habitants se posent aujourd’hui comme de sérieux problèmes environnementaux, en particulier au niveau de la circonscription administrative de Ali Mendjeli dans la wilaya de Constantine. 

Ce rejet, de surcroît son impact néfaste sur la santé publique et sur l’écosystème, se veut comme l’une des premières causes des inondations dans la ville. 

Afin d’éviter n’importe quel incident et minimiser les dégâts des inondations, l’Eguvam (Etablissement de gestion urbaine de la ville de Ali Mendjeli) a déjà entamé son plan depuis le début de l’année en cours ciblant les points noirs. Ces derniers ne sont autres que «des décharges sauvages» éparpillées dans plusieurs endroits de Ali Mendjeli. 

Le bilan est accablant ! Depuis le 1er janvier jusqu’à ce jour, les agents de l’Eguvam ont collecté un total de 4853,5 tonnes de déchets et déblais. «Cela dit, nous ramassons une moyenne de 600 tonnes mensuellement, et 10 jusqu’à 20 tonnes quotidiennement. Il s’agit des déblais mélangés avec les déchets ménagers», a déclaré Mehdi Hini directeur général de l’Eguvam. 

Et de poursuivre que ces déchets sont jetés par des chauffeurs de camion ou des habitants de la ville ayant effectué des travaux d’aménagement à l’intérieur de leurs maisons. Pour ce qui est des points sensibles connaissant des inondations fréquentes, notre interlocuteur révèle un nombre de 6 endroits. 
 

Il s’agit de la cité 400 logements, L’UV1 à proximité de l’hôtel El Khiam, l’UV 16, UV 7 à proximité de la cité AADL, les quatre chemins et l’extension de l’UV5. «Ces points font l’objet de nettoyage régulier. Dix ou quinze minutes de fortes pluies suffisent pour inonder ces zones. Donc on intervient en toute urgence en collaboration avec les éléments de la Seaco pour évacuer les eaux et éviter les dégâts», a souligné notre interlocuteur. 
 

En dépit de la dernière instruction du chef de l’exécutif, Abdelkhalek Sayouda, en interdisant le rejet des déblais, ce phénomène persiste en force, en particulier dans les grandes villes, à l’instar de Ali Mendjeli. Sensibiliser les gens à l’importance de la gestion responsable des déchets et promouvoir des comportements civiques respectueux de l’environnement, ne sont plus suffisants pour mettre terme à ce phénomène, en l’absence de la rigueur des autorités. Rien ne semble pouvoir atténuer ce problème, qui nécessite d’importants moyens humains et matériels.               

Copyright 2024 . All Rights Reserved.