Nadir Bendjaballah. Président de la commission des affaires sociales à l’APW de Constantine : «La numérisation nous aide à effectuer des enquêtes très rapidement»

11/03/2024 mis à jour: 06:47
1134
( Photo : El Watan)

-A quoi est due la baisse de l’indicateur de pauvreté ?

La réduction du nombre des familles nécessiteuses, de 41 752 en 2023 à 34 948 familles cette année, est due à de nombreuses mesures, dont la correspondance n°1346 du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. 
Cette dernière exige l’actualisation des informations des inscrits sur l’application, la nécessité d’interconnexion des données entre les différents secteurs, dont les impôts, la Direction des services agricoles (DSA), la direction du commerce et ceux qui possèdent des cartes grises. 
 

La même correspondance insiste également sur les enquêtes sur terrain. Le but est d’établir une carte de wilaya fiable sur laquelle l’État se base pour des opérations de solidarité, même dans le futur. Concernant l’indicateur de pauvreté estimé à 14,26 %, il est très positif, mais nécessite un effort supplémentaire, tant que nous n’avons pas encore atteint l’objectif envisagé. Il est vrai nous avons diligenté des enquêtes sur terrain, mais c’était limité et non global.          
 

-Quel a été le rôle de la numérisation ? 

La numérisation a contribué dans la réduction du nombre des familles prises en charge. La numérisation est très importante dans cette opération et aide à effectuer très rapidement des enquêtes.     
 

-Quelles ont été les contraintes rencontrées ? 

Parmi les contraintes signalées, je cite les enquêtes sur terrain qui nécessitent plus de temps pour faire le constat de la situation des familles concernées par les aides. L’exclusion également de certaines personnes se pose aussi comme un obstacle, particulièrement celles possédant des véhicules après vérification des cartes grises.  Parfois ces personnes se trouvent réellement dans le besoin et leurs situations sont qualifiées de très critiques.       
 

-Les mesures de contrôle sont-elles suffisantes ? 

Les mesures prises jusqu’à présent sont suffisantes mais elles exigent plus de rigueur en ce qui concerne les enquêtes sur terrain. Les enquêtes demandent un sérieux travail continu durant toute l’année, en collaboration avec les APC, les administrateurs communaux et la Direction de l’action sociale et de la solidarité de la wilaya (Dass). Cela, en impliquant les associations activant sur terrain. Je pense que l’Etat, qui est conscient de la situation et suit de près ces gens qui ne sont pas dans la case des pauvres,  envisage l’augmentation de ces aides, mais après l’assainissement des listes des nécessiteux. 
 

-Comment évaluez-vous le rôle des communes ? 

Le rôle des APC est important, vu que l’élu est en contact permanent avec différentes mentalités. En dépit de l’effort déployé, il est primordial pour les élus et les administrateurs d’améliorer leur travail à travers des cycles de formation et la mise en place des moyens nécessaires. 

Cependant, on ne néglige pas les efforts des assemblées qui ont contribué dans la réussite de l’opération de solidarité, ainsi que dans le classement de la wilaya de Constantine à la première place à l’échelle nationale pour la deuxième année consécutive.      

 

Propos recueillis par  Yousra Salem  

Copyright 2024 . All Rights Reserved.