Michel Manini, réalisateur de Bonne nuit les petits, est mort : Auteur de plusieurs centaines des épisodes de la série

17/08/2023 mis à jour: 21:34
1790
Photo : D. R.

Michel Manini, le réalisateur de l’émission mythique  «Bonne nuit les petits», est mort, dimanche dernier, à Arcachon en France, à l’âge de 86 ans.

Bonne nuit les petits», l’une des émissions phares pour enfants les plus connues de la télé française, a tiré sa révérence, a annoncé sa famille à l’AFP. Le réalisateur Michel Manini avait réalisé plusieurs centaines d’épisodes de cette série. Le défunt est né aux Sables d’Olonne en 1937.

Ses parents quittent la Vendée à l’âge de huit ans avant de rejoindre Nice. Par la suite, il regagne Paris pour entamer sa carrière dans l’audiovisuel. Avant de s’installer définitivement à Archacon, il avait vécu de nombreuses années en Afrique.

Pour rappel, «Bonne nuit les petits» est une série télévisée française pour la jeunesse en noir et blanc, créée par Claude Laydu et son épouse Christine et diffusée à partir du 10 décembre 1962 sur RTF Télévision, puis sur la première chaîne de l’ORTF en début de soirée vers 19h20. 568 épisodes de cinq minutes et cinq émissions spéciales ont été réalisés entre 1962 et 1973. Une troisième série, intitulée Nounours, de 78 épisodes de cinq minutes en couleur, est diffusée à partir du 23 février 1976 sur TF1. 

Une quatrième série de 203 épisodes de trois minutes en couleur est enfin diffusée à partir du 25 décembre 1994 sur France 2 juste avant le journal de 20h puis juste avant Studio Gabriel jusqu’en janvier 1997. Elle a été rediffusée depuis sur l’ensemble des chaînes françaises ainsi qu’à l’étranger.

Le synopsis de «Bonne nuit les petits» revient sur l’histoire d’un ours (Gros Ours, puis Nounours) qui rend visite à deux enfants chaque soir avant leur coucher. Il s’enquiert de leur journée, de leurs soucis ou leur raconte une histoire et, avant de regagner son nuage, leur dit «Bonne nuit les petits, faites de beaux rêves !» alors qu’une poignée de sable doré tombe en pluie sur les enfants endormis. L’ours repart sur un petit nuage au son d’une mélodie jouée au pipeau par Ulysse, le Marchand de sable.

La première saison de Bonne nuit les petits, coïncidant entre décembre 1962 et juillet 1963 met en scène Gros Ours, conduit sur un nuage par Ulysse le marchand de sable. Il rend visite à P’tit Louis et Mirabelle dans leur pavillon, et parle un peu avec eux avant de remonter sur son nuage d’où le Marchand de sable lance la poussière dorée qui leur procure le sommeil.

La deuxième saison étalait entre octobre 1963 à décembre 1973 revint sur l’histoire de nouveaux enfants, habitant cette fois-ci en appartement et nommés Nicolas et Pimprenelle, remplacent P’tit Louis et Mirabelle. Gros Ours est rebaptisé Nounours.

Les marionnettes sont revus : Le visage du Marchand de sable devient plus rond. A partir de septembre 1964, Nounours se retrouve avec trois neveux,: Rémi, Toto et Fanfan, par référence aux trois lettres du sigle de la RTF. Lorsque le sigle devient ORTF, un autre neveu Oscar apparaît le 25 décembre 1964.

Par la suite, d’autres personnages viennent se greffer, à l’image de Cornichon, le petit gitan (octobre 1964), Julietta la chouette (février 1965), Dada le cheval (octobre 1966) et Pépita (décembre 1966). Si les personnages ont changé par contre la musique, le nuage et les séquences restent inchangées. Après sa déprogrammation de l’ORTF en 1973, Bonne nuit les petits revient sur TF1 en 1976. Désormais, Nounours habite avec sa sœur Émilia et son neveu Oscar dans la «grotte aux Ours», en haute montagne.

Tous trois sont aux prises avec des marmottes turbulentes, Trotte, Tricotte et leurs enfants Pouet-Pouet et Gline-Gline. Afin de relancer la série, Claude Laydu teste ses nouvelles histoires sur audiotel. Le succès de cette opération permettra à la quatrième saison, qui sera en vidéo et en couleurs, de voir le jour. La quatrième saison (décembre 1994-janvier 1997) renoue avec les origines.

Une émission compliquée à réaliser

Dans un entretien au journal Ouest-France en 2016, souligne l’AFP , Michel Manini avait décrit une émission compliquée à réaliser. «D’abord, il fallait enregistrer les voix des comédiens. Puis, on tournait avec la bande-son en play-back.

Les caméras étaient juchées à plus de 1,70 m de haut, car les marionnettistes étaient debout, tenant les personnages à bout de bras», avait-il dit, expliquant que «la grande difficulté consistait à filmer en évitant de cadrer leurs têtes».

«A cette époque, il n’y avait pas d’écran de contrôle. On ne pouvait visionner les scènes qu’une fois les pellicules développées, soit 48 heures après le tournage. Je réalisais environ une émission et demie par jour. Et une émission durait moins de quatre minutes», avait-il ajouté.

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.