Mascara : L’amélioration des conditions de scolarité reste un défi

20/04/2024 mis à jour: 16:23
888
Parmi les défis à relever pour un meilleur cadre scolaire au profit des élèves, figure en bonne place celui de la lutte contre la surcharge des classes

Malgré les efforts déployés par les pouvoirs publics pour améliorer les conditions de scolarisation, de nombreux élèves des trois paliers, à travers les différentes localités de la wilaya de Mascara, se trouvent confrontés à des problèmes qui perturbent leur éducation.

 

Dans certains établissements scolaires, des défis sont toujours d’actualité, notamment celui des problèmes d’étanchéité, mais de la surcharge des salles de classe, des conditions de froid, des pannes électriques fréquentes. L’un des défis les plus urgents est celui relatif à la surcharge des classes de cours. 

Les écoliers se retrouvent souvent confrontés à des salles surchargées, ce qui rend difficile pour les enseignants de dispenser un enseignement efficace et pour les élèves de se concentrer et d’apprendre dans un environnement favorable. 

Ce point est au centre des préoccupations des pouvoirs-publics qui ont entrepris des mesures pour y remédier en lançant des travaux de construction d’infrastructures scolaires. Le 23 mars dernier, la wilaya a annoncé sur sa page Facebook le lancement d’un programme visant à améliorer les conditions de scolarisation des élèves du cycle primaire pour la prochaine rentrée.

 Ce programme comprend la construction de 237 salles de classe en extension, ainsi que la réalisation de 27 nouveaux groupements scolaires et de 35 cantines scolaires. De plus, les problèmes, comme les fuites d’eau et les problèmes d’électricité, créent des distractions et perturbent le processus d’apprentissage. 

Ces conditions ont un impact négatif sur la concentration des élèves pendant les cours, entravant ainsi leur capacité à absorber les enseignements. En outre, certains enseignants proposent à leurs élèves qui ont rencontré des difficultés à comprendre efficacement les leçons des «cours de soutien» à leur domicile ou dans des centres privés où ils travaillent en dehors des heures de classe habituelles, souvent à des tarifs élevés qui ne sont pas accessibles à tous. 

Cette pratique, a-t-on constaté, survient à un moment où le nombre d’établissements privés proposant des cours de soutien a considérablement augmenté dans les différentes communes de la wilaya. Cette expansion s’accompagne d’une hausse des tarifs, désormais compris entre 1500 et 2500 DA par mois, suscitant ainsi des préoccupations majeures quant à l’égalité d’accès à l’éducation et à la charge financière imposée aux familles des étudiants.             

Copyright 2024 . All Rights Reserved.