Mahmoud Aroua. Médecin anesthésiste réanimateur et auteur : «Le texte d’Ibn Rushd n’a jamais été traduit en français»

30/03/2023 mis à jour: 19:33
2548
Photo : D. R.

L’auteur Mahmoud  Aroua est médecin anesthésiste réanimateur. Il a édité plusieurs romans et recueils de poésie. Dans cet entretien, il revient sur son dernier ouvrage  consacré à la traduction du Commentaire d’Averroès au Poème de la médecine d’Avicenne, publié aux éditions l’Harmattan.

Vous venez de publier aux éditions L’Harmattan la traduction du Commentaire d’Averroès au Poème de la médecine d’Avicenne. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le livre ?

Ce livre s’inscrit en continuité avec un premier ouvrage Ibn Rushd, le médecin, paru aux éditions algériennes Alpha en 2014 dans lequel j’avais mis en valeur les écrits médicaux du célèbre savant andalou, écrits souvent peu étudiés contrairement à ses ouvrages philosophiques et théologiques.

La traduction et annotation du Commentaire d’Averroès au Poème de la médecine d’Ibn Sina / Sharh Ibn Rushd li Urjuzat Ibn Sina qui paraît aux éditions L’Harmattan met en exergue l’apport original d’Ibn Rushd à la médecine.

Ibn Rushd est connu en Occident latin comme étant non seulement le grand commentateur d’Aristote, mais aussi celui de Platon, Galien, Al Farabi et Ibn Sina. En quoi consiste le rôle du commentateur ?

Le rôle du commentateur est de faciliter la compréhension d’un texte en apportant des clarifications accompagnées parfois d’exemples pratiques. Le commentaire peut être un simple résumé du texte original ou bien plus élaboré avec des explications et une analyse critique.

Ce qui est le cas dans ce livre, où Ibn Rushd (1126-1198) commente une œuvre médicale d’Ibn Sina (980-1037) datant de plus d’un siècle.

Ibn Sina, Ibn Rushd, deux grands noms de la médecine arabo-musulmane. Pouvez-vous nous en parler brièvement ?

Ibn Sina, philosophe et médecin, est né à Boukhara (actuel Ouzbékistan) vers 980. Il est représenté au Moyen-Age latin comme l’un des trois grands maîtres de la médecine aux côtés d’Hippocrate et Galien.

Ses ouvrages de médecine sont bien connus : al-Qanun fi al-tibb (Le Canon de la médecine), al-Urjuza fi al-tibb (Le Poème de la médecine), Kitab al-adwiya al-qalbiya (Le Livre des médicaments cardiaques).

Ibn Rushd, médecin, philosophe et cadi a vécu au XIIe siècle en Andalousie et au Maghreb, sous l’empire Almoravide puis Almohade. Né à Cordoue en 1126 d’une grande famille de jurisconsultes, il meurt à Marrakech en 1192. Il est connu en Occident latin sous le nom d’Averroès.

Comment avez-vous procédé pour ce travail de recherche ?

Deux références ont servi à la traduction du Commentaire d’Ibn Rushd au français. D’abord, le texte arabe de Sharh Ibn Rushd li Urjuzat Ibn Sina / Commentaire d’Averroès au Poème de la médecine d’Avicenne, qui a fait l’objet d’une édition critique parle  le Professeur Ammar Talbi, publié en 1996 par l’université du Qatar, puis en 2011 par Dar El Oumma à Alger.

Puis, la traduction française d’al-Urjuza fi al-tibb d’Ibn Sina /Poème de la médecine d’Avicenne publiée en 1956 par Henri Jahier et Abdelkader Noureddine de l’université d’Alger.

Quel est l’intérêt de cette traduction ?

A notre connaissance, le texte d’Ibn Rushd n’a jamais été traduit en français, contrairement à ses écrits philosophiques et théologiques. Cette traduction permettra à coup sûr aux lecteurs de découvrir une autre facette de ce savant d’exception.

Il faut rappeler que les œuvres médicales d’Ibn Rushd, telles al-Kulliyat fi al-tibb connu sous le nom de Colliget et SharhUrjuzat Ibn Sina / Commentaire au Poème de la médecine d’Ibn Sina ont été traduit dès le XIIIe siècle en latin et enseignées dans les universités européennes jusqu’au XVIIe siècle (Montpellier, Padoue, Paris, Bologne).

Parlez-nous du Poème de la médecine d’Ibn Sina.

Al-Urjuza fi al-tibb (Poème de la médecine) est aussi importante que al-Qanun fi al-tibb (Canon de la médecine), autre œuvre monumentale d’Ibn Sina. Ces deux ouvrages, à l’instar de ceux d’Ibn Rushd, Ibn al-Djazzar, al-Razi, al-Zahrawi, Ibn Zuhr, par exemple, étaient enseignés dans les facultés de médecine en Europe.

Al-Urjuza est conçue comme un poème de 1326 vers. Comme son nom l’indique, c’est un abrégé d’al-Qanun fi al-tibb. Les étudiants en médecine l’utilisent pour retenir facilement leurs cours. Quelle est la méthode utilisée par Ibn Rushd pour commenter al-Urjuza ?

Il est d’usage pour les commentateurs de citer le texte original avant de le commenter. Ibn Rushd cite généralement un vers ou plus du poème, parfois plusieurs, précédés de Ibn Sina a dit avant de les commenter.

A quel public est destiné cet ouvrage ?

Le lecteur, qu’il soit médecin ou seulement intéressé par l’histoire de la médecine, découvrira un texte compréhensible et simple.

Le livre représente aussi un excellent outil de travail pour la recherche en histoire, puisqu’on y retrouve des éléments biographiques, des réflexions sur la pratique médicale du XIIe siècle, ainsi qu’une analyse critique de certains auteurs anciens (Hippocrate, Aristote, Galien, Ibn Sina).

Avez-vous d’autres projets en cours ?

Mon nouveau roman Staten Island en cours d’impression aux éditions El-Fairouz sortira bientôt. En résumé, il s’agit de la rencontre d’un homme et d’une femme que 1000 ans séparent, mais qui doivent réapprendre à vivre, malgré leurs souffrances, malgré leurs différences.

J’ai deux projets en cours sur l’histoire de la médecine. Le premier, sur Ibn Hamadush al-Djazaïri, savant et médecin algérien, né à Alger en 1695, que j’aborde à travers ses deux célèbres ouvrages : Kashf al-rumuz (pharmacopée) et Lissan al-maqal (rihla). Le second, sur la santé et médecine à l’ère des dynasties Almohades (XIIe – XIII siècles).

BIOEXPRESS

Mahmoud Aroua est médecin, poète et romancier algérien. Il porte un grand intérêt à l’histoire de la médecine et lui consacre de nombreux ouvrages dont Traitement de la douleur  (essai), Ibn Rushd Le médecin (essai), Le cœur dans la médecine arabe (essai), Anesthésie et réanimation dans l’histoire de la médecine islamique (essai).

Dans le domaine du roman et la poésie, il a publié Fenêtre sur rêves (poésie), Comme un boomerang (nouvelles), L’enfant qui ne pleure jamais (récit), Un ange chez Mc Donald’s (roman), Sentiments sous anesthésie (roman), Origami (poésie). 
Votre ouvrage serait-il disponible, prochainement  en Algérie ?

Pour l’instant, les lecteurs, qui ont la possibilité de le faire, peuvent le commander en ligne chez L’Harmattan ou sur les nombreux sites de vente (Amazone, etc.). Par contre, s’il y a des libraires en Algérie qui sont intéressés par l’ouvrage, ils peuvent le commander chez L’Harmattan et le distribuer ici.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.