Lutte d’influence sino-américaine dans le pacifique : Washington signe un pacte de sécurité avec la Micronésie

25/05/2023 mis à jour: 09:04
715

Les Etats-Unis ont annoncé hier avoir signé un accord de sécurité avec les Etats fédérés de Micronésie situés dans le Pacifique, rapporte l’AFP. Trois documents ont été signés sur l’île Pohnpei, selon des responsables du Département d’Etat américain, reconduisant ainsi un accord datant d’il y a vingt ans qui octroyait jusqu’à aujourd’hui à la Micronésie des garanties en matière de sécurité et de budget. 

En échange, Washington a obtenu un nouvel ancrage militaire dans cette zone du Pacifique, où les Etats-Unis pourront y installer des bases militaires. La Micronésie est l’alliée de Washington, avec qui elle maintient des liens étroits depuis son indépendance acquise en 1986. La concurrence entre les Etats-Unis et la Chine dans le Pacifique s’est renforcée à mesure que Pékin cherche à étendre son influence dans cette région stratégique. 

En mars, le président sortant des Etats fédérés de Micronésie, David Panuelo, a accusé la Chine de mener une «bataille politique» dans son pays et de recourir à la corruption et au harcèlement, dans une lettre incendiaire adressée au Parlement. De leur côté, les Etats-Unis ont conclu des accords similaires avec d’autres îles de la région, les Marshall et les Palaos, mais tous expirent d’ici la fin de l’année 2023. Si la Micronésie et les Palaos ont renouvelé leur coopération avec Washington, les discussions avec les îles Marshall ont achoppé sur le lourd héritage des essais nucléaires américains. Les négociateurs des îles Marshall souhaitent que Washington accélère le versement des indemnités de réparation liées aux conséquences des essais américains. 

Selon une décision du Tribunal international des Réclamations Nucléaires, les Etats-Unis sont tenus de verser plus de 3 milliards de dollars (2,7 millions d’euros) aux îles Marshall, qui n’ont perçu jusqu’à présent que 270 millions de dollars (250 millions d’euros). Entre 1946 et 1958, Washington a réalisé un total de 67 essais nucléaires dans les îles Marshall, aux conséquences désastreuses pour l’environnement et la santé des habitants de l’archipel.
 

«Mieux patrouiller»

Lundi, la Papouasie-Nouvelle Guinée a signé un pacte de sécurité avec Washington, qui donne aux forces américaines l’accès aux ports et aéroports de ce pays du Pacifique, où les Etats-Unis cherchent à contrer l’influence de la Chine. «Nous passons d’une relation générique... à une relation spécifique avec les Etats-Unis. Un accord de coopération en matière de défense a été conclu», a annoncé le Premier ministre de Papouasie-Nouvelle Guinée, James Marape, aux côtés du secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, avant un sommet des îles du Pacifique. «Nous travaillons ensemble pour façonner l’avenir», a déclaré A. Blinken. L’accord a été signé par le chef de la diplomatie américaine et le ministre de la Défense de Papouasie-Nouvelle Guinée, Win Bakri Daki, avant l’ouverture de la réunion du Forum Etats-Unis – Iles du Pacifique, réunissant les dirigeants de 14 Etats insulaires du Pacifique Sud à Port Moresby. 

Ce pacte permettra «d’améliorer la coopération en matière de sécurité et de renforcer davantage nos relations bilatérales (...) et d’accroître la stabilité et la sécurité dans la région», a déclaré le département d’Etat américain, quelques heures avant la signature du document. Il donnera aux Etats-Unis un accès aux eaux de Papouasie-Nouvelle Guinée près des routes maritimes vers l’Australie et le Japon, en échange d’un accès aux satellites de surveillance américains, a défendu jeudi dernier le Premier ministre papouasien. 

Le secrétaire d’Etat américain a affirmé que les deux pays pourraient monter à bord des navires l’un de l’autre, partager leur expertise et «mieux patrouiller» ensemble en mer. J. Marape a toutefois précisé que cet accord ne l’empêcherait pas de conclure des alliances similaires avec d’autres pays, y compris la Chine. La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Mao Ning, a réagi en indiquant le même jour que Pékin ne s’opposerait pas à des «échanges normaux» entre les nations, mais qu’il fallait se méfier de l’utilisation de la coopération «comme prétexte pour s’engager dans des jeux géopolitiques» dans le Pacifique.

En plus de cet accord, les Etats-Unis ont promis un financement de 45 millions de dollars pour lutter contre le crime organisé, le changement climatique et le virus du sida, selon le département d’Etat américain. 
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.