Les forces d’occupation israéliennes et les colons multiplient les provocations : Violence et arrestations en Cisjordanie

02/12/2023 mis à jour: 04:30
2069
Depuis le 7 octobre, les forces israéliennes ont procédé à 3390 arrestations en Cisjordanie - Photo : D. R.

Le quotidien des Palestiniens de Cisjordanie est marqué par les incursions et les provocations israéliennes, comme c’est le cas à Tulkarem, Bethléem ou encore dans les environs de Ramallah.

Les attaques meurtrières se multiplient, les arrestations de masse se succèdent et le gouvernement israélien fournit des armes aux colons. Telle est la situation qui prévaut actuellement en Cisjordanie depuis le 7 octobre. En tout et pour tout, plus de 240 Palestiniens ont été tués en Cisjordanie – depuis le début de la guerre à Ghaza – et 3390 arrêtés.

Les meurtres des Palestiniens n’ont pas cessé en Cisjordanie et aucune pause n’a été observée. Jeudi, deux enfants ont perdu la vie sous les balles des soldats israéliens dans le camp de Jénine, où les incursions se multiplient. Ainsi, selon l’Autorité palestinienne, près de 240 Palestiniens ont été tués par des soldats ou des colons juifs depuis le 7 octobre dernier.

Ce chiffre dépasse déjà les 208 Palestiniens tués au cours des neuf premiers mois de l’année. Si depuis le printemps 2022, la violence en Cisjordanie a atteint des sommets inquiétants, l’entité sioniste va plus loin aujourd’hui, donnant l’impression de tirer profit du chaos à Ghaza et du fait que les regards y sont aujourd’hui braqués pour accélérer l’expansion de ses territoires en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, s’appropriant toujours plus de terres.

Selon un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies datant du 10 novembre, plus de 1100 Palestiniens ont été contraints de quitter de force leur domicile, à cause de la violence des colons israéliens depuis le 7 octobre. Le quotidien des Palestiniens de Cisjordanie est marqué par les incursions et les provocations israéliennes, comme c’est le cas à Tulkarem, Bethléem ou encore dans les environs de Ramallah.

Les incursions militaires des forces d’occupation dans les zones A de la Cisjordanie, théoriquement sous contrôle sécuritaire palestinien, se multiplient. Ces intrusions dégénèrent souvent en affrontements, arrestations, fusillades et tirs de gaz lacrymogène contre les Palestiniens. Hier, et selon l’agence palestinienne Wafa, des milices israéliennes ont attaqué des habitations et incendié plusieurs véhicules après s’être infiltrées dans le village palestinien de Jaloud, situé dans la province de Naplouse.

3390 arrestations

Cette même agence rapporte qu’au cours de la nuit de jeudi à hier, des gaz lacrymogènes ont été lancés par les forces israéliennes dans la localité de Beitunia, à l’ouest de Ramallah, contre des civils attendant la libération de prisonniers de la prison d’Ofer, dans le cadre d’accords d’échange.

Les arrestations de masse constituent l’autre outil de la répression à l’encontre de la population palestinienne.  Depuis le 7 octobre, les forces israéliennes ont procédé à 3390 arrestations, selon le dernier communiqué du Club des prisonniers palestiniens et l’Autorité des affaires des prisonniers.

Cela équivaut approximativement à une centaine d’arrestations par jour en Cisjordanie, une façon de garder le contrôle sur le territoire et de semer la terreur sur la population. Dans une telle situation, la libération récente de 180 détenus palestiniens, suite à l’accord avec le Hamas, paraît dérisoire, d’autant que pendant les jours de trêve, pas moins de 260 Palestiniens ont été arrêtés, selon le Club des prisonniers palestiniens et l’Autorité des affaires des prisonniers.

Les deux organismes palestiniens précisent dans leur communiqué, repris par Wafa, qu’au cours des campagnes d’arrestation, «les forces d’occupation ont commis des actes d’abus généralisés, des passages à tabac graves et des menaces contre les détenus et leurs familles, en plus d’actes généralisés de vandalisme et de destruction dans les maisons des citoyens».

Les actes ignobles commis par les forces d’occupation israéliennes poussent ainsi les près de 3 millions d’habitants de Cisjordanie dans leurs derniers retranchements. Cette situation confirme que Tel-Aviv ne cible pas seulement le Hamas et ses combattants, ni même uniquement la population de Ghaza, qu’il considère coupable de soutenir le mouvement. En réalité, Israël semble déclarer la guerre à l’ensemble du peuple palestinien et à ses aspirations à la liberté et à la dignité. 


 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.