Le président Tebboune a mis fin hier aux fonctions de Aïmene Benabderrahmane : Nadir Larbaoui nouveau Premier ministre

12/11/2023 mis à jour: 02:14
4019
Aïmene Benabderrahmane recevant hier au premier ministère son successeur Nadir Larbaoui

Changement à la tête du gouvernement ! Le président, Abdelmadjid Tebboune a mis fin aux fonctions du Premier ministre Aïmene Benabderrahmane. La nouvelle a été annoncée, hier en fin de matinée, par la présidence de la République dans un communiqué, précisant que Nadir Larbaoui le remplace à la tête du gouvernement. «Vu la Constitution, notamment son article 91 (alinéas 5 et 7), et en vertu du décret présidentiel 21-275 du 30 juin 2021, portant nomination du Premier ministre, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a nommé Nadir Larbaoui Premier ministre, en remplacement de Aïmene Benabderrahmane, dont il a été mis fin aux fonctions», a indiqué le communiqué. 

Selon la même source, Abdelmadjid Tebboune a également nommé Boualem Boualem, conseiller auprès du président de la République, chargé des affaires juridiques, des affaires judiciaires, des relations avec les institutions, des enquêtes et des habilitations, au poste de directeur de cabinet de la présidence de la République par intérim. Le communiqué ne fournit, cependant, aucune explication sur les raisons du limogeage d’Aïmene Benabderrahmane, qui a surpris plus d’un. 

Nommé à ce poste le 30 juin 2021, le désormais ex-premier responsable du gouvernement a bénéficié, jusque-là, de la confiance du chef de l’Etat. En 28 mois à la tête de l’Exécutif, l’homme a fait preuve d’une discipline sans faille, affichant toujours son engagement à réaliser sur le terrain le programme du Président. Malgré quelques critiques sur la gestion des affaires publiques, notamment sur le plan économique, où le gouvernement peine à réduire le taux d’inflation et à réguler le marché, il a réussi à sortir «indemne» lors de ses trois passages devant le Parlement. Même si les rumeurs sur son départ sont revenues à la veille de chaque remaniement du gouvernement. 
 

En septembre dernier, rappelons-le, Aïmene Benabderrahmane avait présenté devant le Parlement la Déclaration de politique générale de son gouvernement (un bilan annuel). Il avait obtenu le quitus des élus des deux Chambres. C’est pourquoi son limogeage constitue une surprise pour l’ensemble des observateurs de la scène nationale. 
 

Un diplomate de carrière à la tête du gouvernement

Le nouveau Premier ministre, Nadir Larbaoui, qui a pris ses fonctions hier après-midi, n’est pas à présenter. Diplomate chevronné, l’homme est d’abord un sportif de haut niveau. Il a été quatre fois champion d’Afrique avec l’équipe nationale de handball. Il commence sa carrière professionnelle en tant qu’avocat inscrit au niveau de l’Union nationale des Ordres des avocats, avant de rejoindre le ministère des Affaires étrangères pour gravir les échelons et faire ses preuves, comme l’affirment ceux qui le connaissent, dans la diplomatie. 

Certains l’ont même qualifié de «l’homme du Président», après sa nomination le 18 mars dernier au poste du directeur de cabinet de la présidence de la République. 

Au département des Affaires étrangères, Nadir Larbaoui a d’abord été directeur du Maghreb, puis responsable du compartiment des relations économiques internationales. Le diplomate a été, pendant longtemps, ambassadeur d’Algérie en Egypte, où il était aussi représentant permanent auprès de la Ligue arabe. Du Caire, le diplomate rejoint New York où il a été désigné représentant permanent de l’Algérie auprès des Nations unies. Une longue et riche carrière. 

Nadir Larbaoui sera ainsi le troisième Premier ministre du président Tebboune, après Abdelaziz Djerad qui avait été remplacé par Aïmene Benabderrahmane. 

Comment expliquer ce nouveau changement à la tête du gouvernement, à 13 mois de la présidentielle prévue en décembre 2024 ? Les prochaines semaines apporteront, certainement, des éléments de réponse. 

Pour rappel, ce changement intervient après la réorganisation, il y quelques semaines, des services de la présidence de la République. A cette occasion, Abdelmadjid Tebboune a nommé plusieurs conseillers et leur a confié plusieurs tâches, dont celle de «suivre et de participer à la mise en œuvre du programme, des orientations et des décisions du président de la République et de lui en faire rapport.

 A ce titre, ils assurent le suivi des affaires économiques, des activités gouvernementales et des questions politiques et institutionnelles, et rendent compte de leurs évolutions». 

Cette décision a été interprétée comme un indicateur sur le mécontentement du chef de l’Etat du rendement du gouvernement, sommé quelques mois auparavant d’investir le terrain et de limiter les réunions dans les bureaux. 

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.