Le Premier ministre japonais en Inde pour des discussions sur l’Ukraine

20/03/2022 mis à jour: 04:07
893

Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, était attendu hier en Inde pour des discussions sur l’intervention russe en l’Ukraine, selon l’AFP. Contrairement aux autres membres du Dialogue quadrilatéral pour la sécurité «Quad», le Japon, l’Australie et les Etats-Unis, l’Inde s’est abstenue lors des votes de trois résolutions des Nations unies condamnant l’opération militaire de Moscou, et s’est contentée d’appeler à l’arrêt des violences. 

Le bureau de F. Kishida, dans un tweet, l’a cité disant que «l’agression de la Russie contre l’Ukraine est un outrage qui sape le fondement même de l’ordre de la communauté internationale, y compris l’Asie». «De tels changements unilatéraux du statu quo sont également absolument inacceptables dans la région indo-pacifique», a-t-il ajouté. Début mars, F. Kishida, le président américain, Joe Biden, et le Premier ministre australien, Scott Morrison, n’ont pas réussi à convaincre leur homologue indien Narendra Modi d’adopter une position plus ferme. Dans un communiqué commun, le «Quad » a indiqué que ses dirigeants ont «évoqué le conflit et la crise humanitaire en cours en Ukraine et évalué ses conséquences plus larges», sans condamner la Russie. 

Selon un compte-rendu des services de Narendra Modi, ce dernier a «souligné que le Quad devait rester concentré sur son objectif principal, qui est de promouvoir la paix, la stabilité et la prospérité dans la région indo-pacifique». Pour le ministère indien des Affaires étrangères, les discussions avec le Premier ministre japonais seront «l’occasion (...) d’échanger des points de vue sur des questions régionales et mondiales d’intérêt commun afin de faire progresser leur partenariat pour la paix, la stabilité et la prospérité dans la région indo-pacifique et au-delà». 

Narendra Modi doit aussi s’entretenir avec S. Morrison demain par visioconférence. En 2007, lors d’un discours devant le Parlement indien, le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a initié l’alliance du Quad, qui consiste en un dialogue stratégique informel entre le Japon, les Etats-Unis, l’Inde et l’Australie. En novembre 2017, lors du sommet de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) à Manille, les dirigeants de ces quatre pays se sont entendus pour relancer cette initiative. 

La Russie est le premier fournisseur d’armes de l’Inde. Les relations entre New Delhi et Pékin sont sous haute tension depuis les affrontements en 2020 à la frontière qu’ils se disputent dans l’Himalaya. New Delhi n’a pas intégré les Routes de la soie, initiative économique de Pékin et constitue entre temps un allié pour les Etats-Unis en Asie à l’effet de contrecarrer la montée en puissance de Beijing dans la région. Le 3 mars, le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a qualifié la Chine de «plus grand défi géopolitique du XXIe siècle». 

Il voit en l’Empire du Milieu «le seul pays avec la puissance économique, diplomatique, militaire et technologique susceptible d’ébranler sérieusement le système international stable et ouvert, toutes les règles, valeurs et relations qui rendent le monde tel que nous voulons qu’il soit».

Copyright 2024 . All Rights Reserved.